Un vigneron comparaît pour avoir refusé d’utiliser des pesticides

Durée de lecture : 1 minute

19 novembre 2015



Thibault Liger Belair, vigneron en biodynamie, est passé mardi 17 novembre devant le tribunal de Villefranche-sur-Saône (Saône-et-Loire) pour avoir refusé d’épandre un insecticide. Le jugement a été mis en délibéré au 15 décembre.

En 2013, le vigneron avait refusé de répandre sur ses vignes un insecticide contre la cicadelle, insecte vecteur de la flavescence dorée, alors qu’un arrêté préfectoral de Saône-et-Loire lui en faisait obligation. « Qu’est-ce qui m’a poussé à ne pas traiter ? D’abord une aberration administrative, car mon domaine à Moulin-à-Vent se situe à cheval entre la Saône-et-Loire et le Rhône. D’un côté j’avais l’obligation de traiter, de l’autre pas », a expliqué le vigneron.

Source : La Revue du vin de France





Lire aussi : Le procès du vigneron bio pose le délicat problème du traitement de la flavescence dorée


THEMATIQUE    Agriculture
22 septembre 2020
La betterave, cheval de Troie des néonicotinoïdes
Reportage
23 octobre 2020
Au procès des décrocheurs de portraits, on plaide le « désespoir » climatique
Reportage
24 octobre 2020
La 5G, un gouffre énergétique programmé
Tribune


Sur les mêmes thèmes       Agriculture