Etat d’urgence : la préfecture de police interdit les manifestations jusqu’au 13 décembre

Durée de lecture : 1 minute

1er décembre 2015

Dans le cadre de l’état d’urgence, la Préfecture de police de Paris a pris mardi 1er décembre deux arrêtés pour interdire toutes les manifestations sur la voie publique jusqu’au 13 décembre prochain, autour de l’aérodrome du Bourget et à Paris, dans le secteur « des Champs-Elysées, du Grand Palais et de la Concorde. »

Ces interdictions visent ainsi directement les actions prévues par différentes associations en marge de la COP21, notamment la manifestation contre l’éco-blanchiment, prévue vendredi 4 décembre devant le Grand Palais.

La préfecture précise que « d’autres arrêtés d’interdiction pourront être pris ponctuellement afin de garantir, en fonction des nécessités et des circonstances, l’ordre public et la sécurité des personnes ». Le non-respect de cet arrêté est passible d’une peine de six mois de prison et d’une amende de 7500€.$

Le texte précise : "Considérant que de nombreux groupes et groupuscules appartenant à la mouvance contestataire radicale et violente sont attendus à Paris et dans sa région, comme il est de coutume lors des sommets internationaux ; que, à cet égard, un rassemblement place de la République à Paris a dégénéré et conduit à l’interpellation et au placement en garde à vue de 316 individus le dimanche 29 novembre 2015".

Mardi 1er décembre, sur Europe 1, le Premier ministre Manuel Valls a défendu « une restriction des libertés pour protéger nos libertés », et annoncé une possible prolongation de l’état d’urgence au delà de trois mois, « en fonction de la menace ».

- Source : France Bleu

- Télécharger l’arrêté :




THEMATIQUE    Libertés
14 octobre 2019
À Londres, Extinction Rebellion a paralysé un aéroport
Reportage
12 octobre 2019
Appel à une rébellion internationale pour le Rojava
Tribune
11 octobre 2019
Équateur : un pays révolté par « le retour du FMI dans la politique »
Entretien


Sur les mêmes thèmes       Libertés