Etat d’urgence : la préfecture de police interdit les manifestations jusqu’au 13 décembre

Durée de lecture : 1 minute

1er décembre 2015

Dans le cadre de l’état d’urgence, la Préfecture de police de Paris a pris mardi 1er décembre deux arrêtés pour interdire toutes les manifestations sur la voie publique jusqu’au 13 décembre prochain, autour de l’aérodrome du Bourget et à Paris, dans le secteur « des Champs-Elysées, du Grand Palais et de la Concorde. »

Ces interdictions visent ainsi directement les actions prévues par différentes associations en marge de la COP21, notamment la manifestation contre l’éco-blanchiment, prévue vendredi 4 décembre devant le Grand Palais.

La préfecture précise que « d’autres arrêtés d’interdiction pourront être pris ponctuellement afin de garantir, en fonction des nécessités et des circonstances, l’ordre public et la sécurité des personnes ». Le non-respect de cet arrêté est passible d’une peine de six mois de prison et d’une amende de 7500€.$

Le texte précise : "Considérant que de nombreux groupes et groupuscules appartenant à la mouvance contestataire radicale et violente sont attendus à Paris et dans sa région, comme il est de coutume lors des sommets internationaux ; que, à cet égard, un rassemblement place de la République à Paris a dégénéré et conduit à l’interpellation et au placement en garde à vue de 316 individus le dimanche 29 novembre 2015".

Mardi 1er décembre, sur Europe 1, le Premier ministre Manuel Valls a défendu « une restriction des libertés pour protéger nos libertés », et annoncé une possible prolongation de l’état d’urgence au delà de trois mois, « en fonction de la menace ».

- Source : France Bleu

- Télécharger l’arrêté :




THEMATIQUE    Libertés
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
18 septembre 2019
Les travailleurs sous-traitants du nucléaire en grève car « la sécurité se dégrade »
Entretien


Sur les mêmes thèmes       Libertés