Un squat d’activistes du climat est en cours d’expulsion par la police rue Blanche à Paris

8 décembre 2015



Actualisation - Mercredi 9 décembre : Notre récit complet


19h18 - Expulsion en cours.

- Voir action en video en direct

18h00 - Un squat hébergeant pour la durée de la COP 21 des activistes du climat est bloqué par les forces de l’ordre 29-31 rue Blanche, à Paris. Une dizaine de policiers interdisent l’entrée de l’immeuble où se trouve le squat. La journaliste de Reporterre sur place n’a pas pu rentrer. En venant du métro, elle a croisé quatre camions de gendarmerie.

Ce squat a ouvert samedi 5 décembre. Il abriterait en ce moment une centaine de personnes, Néerlandais, Anglais, Mexicains, Espagnols. D’après « Camille » joint au téléphone et qui est à l’intérieur du squat, le bâtiment qu’ils occupent est vide depuis trois ans. Le squat compte environ vingt-cinq chambres, des cuisines et des lieux de réunion. La police leur a proposé de se loger dans des gymnases. Mais les squatteurs craignent d’y être fichés et surveillés par la police. Pour l’instant, la discussion avec les autorités est courtoise.

Par ailleurs, les squatteurs attendent l’arrivée mercredi 9 décembre d’environ soixante-dix activistes venus de l’étranger.

L’occupation de ce squat est liée au fait les autorités n’avaient voulu prévoir suffisamment de places d’hébergement pour les citoyens de l’étranger, malgré les demandes de la Coalition Climat 21, comme Reporterre l’avait relaté.

- Source : Lorène Lavocat pour Reporterre

- Photo : compte twitter @Suysulucha




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.


DOSSIER    Climat : de COP en COP

23 septembre 2017
Benoît Hamon : « La gauche doit se saisir de la révolution numérique pour en faire un progrès social et humain »
Entretien
22 septembre 2017
Les femmes restent exclues de la politique
Tribune
23 septembre 2017
En Allemagne, le scandale du diesel bouscule la puissante industrie automobile
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Climat : de COP en COP