La plainte de TransCanada contre les Etats-Unis illustre ce que pourrait permettre le Tafta

Durée de lecture : 1 minute

8 janvier 2016

L’entreprise canadienne TransCanada a annoncé mercredi 6 janvier son intention de poursuivre l’État fédéral américain devant un tribunal arbitral en raison de la décision du Président Obama de ne pas autoriser le projet d’oléoduc KeyStone XL. KeyStone avait pour but de transporter les pétroles bitumineux issus des champs de l’Alberta jusque dans le Golfe du Mexique.

TransCanada s’appuie sur le chapitre 11 de l’ALENA (Accord de libre-échange USA-Canada-Mexique) et le mécanisme de règlement des différends Investisseur-État du traité. Elle réclame 15 milliards de dollars de compensation.

Pour l’assocation Stop Tafta, les plaintes déposées par TransCanada confirment les inquiétudes des mouvements sociaux et citoyens. L’accord UE/Canada (CETA) et l’accord UE/États-Unis (TAFTA), qui comprendront ce type de dispositif, pourraient de la même façon permettre à une entreprise européenne ou nord-américaine d’attaquer une décision publique dès lors qu’elle menacera ses intérêts, fut-elle nécessaire à la santé publique, à la protection de l’environnement ou à la sauvegarde du climat.

- Source : Stop Tafta



Lire aussi : Avec le traité TAFTA, la volonté des entreprises remplacera celle des peuples


DOSSIER    Traités de libre-échange

24 juillet 2019
Greta Thunberg tente de secouer les députés... qui ratifient le Ceta
Info
23 juillet 2019
Sécheresse et agriculture, la bataille des barrages
Reportage
9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage


Dans les mêmes dossiers       Traités de libre-échange