Cellule de crise sur le site de déchets nucléaires à Bure, où un travailleur est mort

26 janvier 2016



- Actualisation - Mercredi 27 janvier :

. Article complet : L’accident mortel sur le site projeté des déchets nucléaires remet en cause sa fiabilité
. Analyse de Bernard Laponche : « Il faut reposer la question de la pertinence de Cigéo »


Mardi 26 janvier, un éboulement dans le site souterrain de Bure (Meuse) a fait au moins un mort et un blessé. Les secours sont intervenus vers 12 h 30 sur le lieu du projet Cigéo, qui doit accueillir à terme des déchets nucléaires à 500 mètres sous terre.
Selon L’Est Républicain, la préfecture de la Meuse a indiqué qu’il s’agit d’un glissement du front de taille d’un fond de galerie lors d’un forage pour des relevés géo-physiques. « Un technicien de la société Eiffage est décédé, l’un de ses collègues est légèrement blessé. La galerie a été entièrement évacuée, les vérifications de stabilité sont en cours. »

L’Agence nationale pour la gestion des déchets nucléaires (Andra) qui gère ce site, a mis en place une cellule de crise. Le procureur de la République de Bar-le-Duc vient d’ouvrir une enquête, et l’inspection du travail se rend également sur les lieux.

Dans un communiqué, l’Andra a rappelé que le laboratoire souterrain où a eu lieu le drame « n’accueille pas de déchets radioactifs et n’en accueillera pas. Il s’agit d’un laboratoire de recherches et d’expérimentations pour la conception du futur centre de stockage ».

Il y avait déjà eu un accident du travail sur ce chantier le 15 mai 2002. Un mineur de 33 ans avait trouvé la mort à 226 mètres lors du creusement d’un des puits d’accès.

- Source : Reporterre




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : À Bure, les travaux de la poubelle nucléaire avancent en catimini


DOSSIER    Déchets nucléaires

27 septembre 2016
En Colombie, la paix se fait au détriment de la population rurale et de la nature
Tribune
27 septembre 2016
Allo, Vinci-AGO ? Le promoteur de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ne répond pas
Reportage
26 septembre 2016
Voici pourquoi le « beau » pain n’est pas forcément « bon »
Tribune


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Déchets nucléaires