Une étude montre la toxicité du maïs OGM pour les animaux d’élevage

27 janvier 2016



Une étude publiée par le professeur Séralini et Gottfried Glöckner dans la revue scientifique Scholarly Journal of Agricultural Sciences démontre la toxicité à long terme du maïs OGM Bt 176 sur des animaux d’élevage. Ces résultats s’appuient sur une recherche approfondie de la ferme de Gottfried Glöckner, en Allemagne.

Entre 1998 et 2002, Gottfried Glöckner, éleveur de vaches laitières, a nourri ses bêtes avec du maïs OGM (résistant à un insecticide), en collaboration avec Syngenta, l’entreprise qui commercialise la plante. Cela constitue la plus longue observation détaillée de nourrissage avec un OGM, sa ferme étant surveillée par des vétérinaires qualifiés.

Alors qu’aucune pathologie importante n’avait été observée sur l’exploitation, des paralysies partielles (parésies) accompagnées de grandes fatigues, de problèmes rénaux et de muqueuses sont rapidement survenues, suivies par la mort de 10 % des animaux. Les recherches menées par des laboratoires universitaires ne donnent alors rien. En 2002, le fermier décide d’attaquer Syngenta en justice. Il sera partiellement dédommagé. Depuis, Syngenta a abandonné la commercialisation du maïs BT 176, « faute de débouchés ».

D’après le Criigen (Centre de recherche et d’information indépendante sur le génie génétique), « de nouvelles données scientifiques sur les toxines Bt et l’étude approfondie des dossiers par Gilles-Eric Séralini montrent que la toxicité à long terme du maïs OGM Bt peut clairement être mise en cause. »

- Source : Criigen




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Avis négatif de l’Agence française de sécurité alimentaire pour quatre OGM


DOSSIER    OGM

26 septembre 2016
Voici pourquoi le « beau » pain n’est pas forcément « bon »
Tribune
24 septembre 2016
Sous les mers, la cacophonie humaine assomme les cétacés
Info
26 septembre 2016
Le mouvement Les Jours heureux lance un programme citoyen fondé sur la démocratie et l’écologie
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       OGM