Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs

Anne Lauvergeon présidera Libération


Stéphane Lhomme appelle au boycott de Libération
contre la nomination d’Anne Lauvergeon au conseil de surveillance

Cette nomination compromet la liberté de la rédaction sur le nucléaire

En décidant de nommer Anne Lauvergeon à la présidence du Conseil de surveillance de Libération, les actionnaires majoritaires du journal (Edouard de Rothschild, Jacaranda Caracciolo et Bruno Ledoux) commettent une faute majeure.

Malgré la lente dérive de Libération depuis des années, ce journal gardait encore un peu de crédit dans l’inconscient collectif des femmes et des hommes de la gauche et de l’écologie, en particulier grâce aux journalistes du quotidien.

Grande prêtresse de l’industrie atomique, responsable de pollutions et contaminations majeures, coupable de négationnisme concernant les conséquences des catastrophes de Tchernobyl et de Fukushima, Anne Lauvergeon n’est ni de gauche, ni écologiste, bien au contraire.

Il n’est pas difficile de comprendre que, si Mme Lauvergeon est réellement présidente du Conseil de surveillance, la rédaction de Libération aura encore moins de latitude pour traiter de la question du nucléaire.

Et ce n’est pas le rédacteur en chef Nicolas Demorand, qui a déroulé à plusieurs reprises le tapis rouge pour Mme Lauvergeon quand il animait la matinale de France inter, qui pourra apporter la moindre garantie d’indépendance face au lobby nucléaire.

De fait, Stéphane Lhomme appelle le peuple de la gauche et de l’écologie à boycotter Libération afin de contester la nomination d’Anne Lauvergeon à la présidence du Conseil de surveillance du quotidien.


📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende