50 %
Objectif 30 000 €

La ligne et l’histoire de Reporterre

Notre ligne éditoriale

Le « quotidien de l’écologie » veut proposer des informations claires et pertinentes sur l’écologie dans toutes ses dimensions, ainsi qu’un espace de tribunes pour réfléchir et débattre. Dans toutes ses dimensions signifie que pour nous, l’écologie est politique, et ne peut se réduire à des questions de nature et de pollution - même si nous suivons attentivement ces questions vitales. L’écologie engage le destin commun, engage l’avenir, sa situation découle largement des rapports sociaux : c’est donc bien une écologie politique et sociale que Reporterre présente et discute.

Impartial et non partisan, Reporterre est en empathie avec les mouvements écologiste, altermondialiste, et alternatif. Notre point de vue ? La crise écologique est le problème fondamental de la situation présente.

Il entend aussi relayer toutes les initiatives qui montrent que les alternatives au système dominant sont possibles et réalistes.

Qui écrit sur Reporterre ?

Reporterre produit des contenus propres rédigés par ses collaborateurs réguliers ou amis. L’essentiel des articles qu’il publie sont réalisés par des journalistes professionnels.

Il accueille aussi des tribunes provenant d’autres sources, et notamment des associations et des citoyens, parce qu’il considère que la société civile produit beaucoup d’informations intéressantes, même si elles ne sont pas présentées selon les codes techniques (et au demeurant nécessaires) du journalisme. Ces textes ne sont pas modifiés, sauf à la marge, par exemple pour l’orthographe. La source d’origine est toujours spécifiée à la fin de l’article, et c’est elle qui fait foi. Titres et chapôs sont de la responsabilité de Reporterre.

La signature des articles indique leur origine. Si le nom de l’auteur est suivi de la mention (Reporterre), cela signifie que l’article a été écrit par le site ou à sa demande. Nous en assumons la pleine responsabilité.

Reporterre publie de nombreux textes parce qu’ils sont utiles à l’information et à la réflexion, mais il ne partage pas nécessairement leur point de vue.

Commentaires

Pas de forum, pour l’instant, sur Reporterre. Pourquoi ? Parce que cela requiert du temps à gérer, lire, modérer, etc. Et le temps disponible, qui est notre ressource la plus rare, on veut le consacrer à la recherche et à l’édition d’informations.

Les courriels de commentaires et autres suggestions, envoyés à planete (arobase) reporterre.net sont lus attentivement. On y répond autant que possible, et on en publie des extraits dans l’« Edito des lecteurs », une fois par mois. Pour s’exprimer sur Reporterre, vous pouvez aussi écrire des textes réfléchis et soupesés que l’on sera ravis de publier en Tribunes.

Reprise des articles

La reprise des articles de Reporterre est libre, les sites repreneurs étant invités à respecter les règles de Creative Commons. Licences choisies : « Paternité », « Pas d’utilisation commerciale », « Pas de modification ».

Les photographies réalisées par des journalistes pour Reporterre sont sous copyright et ne peuvent être reprises sans demande préalable.

Son histoire

En 1989, Reporterre avait été le premier magazine sur l’écologie à paraître depuis La Gueule Ouverte et Le Sauvage, dans les années 1970. Sa parution témoignait du réveil de l’écologie en France. Lancé par une équipe animée par Hervé Kempf, il vendait en moyenne 26.000 exemplaires par mois et a compté 4.400 abonnés payants. Mais l’insuffisance de ses moyens financiers l’a obligé à s’interrompre.

La relance sur Internet

En 2007, Reporterre est relancé sur internet, afin d’informer sur les liens entre la crise écologique, les injustices sociales et les menaces sur les libertés. D’abord très modeste, le site a grandi doucement, en commençant à publier des enquêtes ou des entretiens exclusifs.

Une maquette plus moderne a été mise en place en janvier 2008, à l’occasion de l’adaptation du site au logiciel libre SPIP. La maquette actuelle a été lancée le 10 mars 2015.

Le fonctionnement de Reporterre

Le quotidien de l’écologie est piloté et géré par une association loi 1901 : c’est La Pile (Association pour une presse indépendante, libre et écologique), créée officiellement en janvier 2013. Elle est présidée par Olivier Mugler et animée par un conseil d’administration composé de bénévoles.

Ce conseil prend les décisions importantes sur l’orientation du site, et assure la gestion de ses activités.

Au quotidien, une équipe salariée, composée en juin 2016 de quatre salariés à temps plein et de trois salariés à temps partiel, assure la production régulière de l’information. Le rédacteur en chef du site est Hervé Kempf, qui est également directeur de la publication.

La rédaction permanente est enrichie par la collaboration ponctuelle de journalistes indépendants, de photographes et d’illustrateurs.

- Voir les bobines et les biographies des membres de l’équipe

Le logo

Lire Un nouveau logo pour Reporterre



7 décembre 2016
En Ile-de-France, Les Républicains asphyxient l’agriculture biologique
Tribune
9 décembre 2016
L’écologie, l’indépendance : ce qui nous guide
Edito
10 décembre 2016
L’artichaut du Jardin sans pétrole n’en était pas un !
Chronique