50 %
Objectif 30 000 €

Le choix économique de l’indépendance et de l’accès libre

Reporterre a choisi d’être gratuit, afin que tout le monde puisse avoir accès à l’information sur l’écologie. Nous refusons la publicité payante, parce qu’elle crée des liens de dépendance et gêne la lecture des internautes en occupant leur « temps de cerveau disponible ». Et comme nous voulons vous proposer une information de qualité, les journalistes sont payés.

Car pour produire de l’information, il faut du travail, et le travail, il faut le payer. Il est normal de payer son pain parce que le boulanger a travaillé pour le faire et a acheté de la farine ; de même, il est normal de payer l’information parce que les journalistes ont travaillé pour la produire. Nous faisons le pari qu’une large part de nos recettes viendra du soutien des gens qui enverront autant d’euros qu’ils l’estimeront juste, car ils comprendront que c’est utile. A nous de produire l’information, à vous de lui permettre d’être libre.

- Nous avons publié nos comptes 2015. On peut en lire le détail ici. Voici les grandes masses :

A quoi employons-nous notre budget de 20.000 euros par mois ? A 69 % en salaires et rémunérations, comme l’indique le graphique :

Et d’où viennent nos recettes ?

- 47 % viennent de vous, par vos dons ;

- 34 % viennent de subventions de fondations finançant des projets rédactionnels (Fondation Un monde par tous, Fondation Pour une terre humaine, Fondation La Luciole, Fondation de France) et de collectivités locales ou publiques ;

- 17 % proviennent des prestations fournies par Reporterre, telles que conférences et animations de débats, organisation de rencontres en partenariat avec des ONG, et 2 % de vente de photos ou d’articles, et des livres édités avec Le Seuil.

Pour se développer et rester libre, Reporterre aura besoin de reposer toujours plus sur vos dons. L’avenir du quotidien de l’écologie dépend de vous.



10 décembre 2016
L’artichaut du Jardin sans pétrole n’en était pas un !
Chronique
10 décembre 2016
A Ungersheim, la transition est belle, mais ne règle pas tout
À découvrir
10 décembre 2016
Le retour du gypaète barbu, rapace impérial et fascinant
Reportage