De moins en moins de maïs transgénique cultivé en Europe

Durée de lecture : 3 minutes

19 janvier 2011 / Christophe Noisette (Info’GM)

Au Portugal, en Espagne et en Roumanie, les superficies cultivées en plantes transgéniques ont reculé l’an dernier.


L’organisation portugaise « Plataforma Transgénicos Fora », dans un communiqué de presse publié le 13 décembre 2010, annonce que les cultures de maïs génétiquement modifié Mon810 sont en déclin au Portugal. L’organisation s’appuie sur des données officielles.

Concrètement, les surfaces semées sont passées de 5 200 hectares en 2009 à 4 868 hectares en 2010 (soit une baisse de 6,4%). Il s’agit de la première diminution depuis que ce maïs GM est introduit en 2005. Le communiqué précise aussi que cette diminution n’est pas seulement liée aux baisses des cultures de maïs en général. En effet, précise l’organisation : « cette diminution ne provient pas uniquement de la réduction observée dans la production de maïs en général, car la proportion de maïs GM par rapport à la surface totale dédiée au maïs au Portugal a légèrement baissé entre 2009 et 2010, représentant maintenant à peine 3,7% » (contre 3,8% l’année dernière).

Si on regarde de près ce qui s’est passé au Sud du Portugal, dans la région de l’Alentejo, on apprend qu’environ 30% (14 sur 47) des transgéniculteurs officiellement répertoriés en 2009 ne figurent plus sur les listes de 2010. Cette tendance était déjà manifeste en 2008 : en effet, les organisations avaient alors démontré qu’environ la moitié des fermes de l’Alentejo qui avaient produit le maïs transgénique en 2007 avait abandonné ces cultures l’année suivante. La région la plus au Sud, l’Algarve, qui s’était déclarée zone sans OGM, a été réellement sans OGM en 2010 : l’unique ferme qui cultivait du maïs GM il y a trois ans dans cette région a stoppé cette culture.

De même, en Espagne, le maïs Mon810 a été moins cultivé cette année, selon les données publiées par le ministère de l’Environnement. La baisse est plus conséquente encore qu’au Portugal : elle a été de 10,9% en un an, avec seulement 67 726 hectares cultivés en 2010. Cette surface est la plus faible depuis 2006. En 2009, le maïs GM avait été cultivé sur 76 057 hectares, et en 2008, sur 79 269 hectares. C’est l’Aragon [1] qui a vu la diminution la plus forte, suivie de la Catalogne qui avait vu les surfaces cultivées en PGM augmenter en 2009 [2] (alors que sur l’ensemble du pays, on notait une diminution). Dans d’autres régions, les surfaces ont augmenté, comme dans la région de Valence, de Madrid et Cantabrie. Enfin, il est aussi intéressant de noter que l’Espagne reste le pays qui accueille le plus d’essais en champs de plantes transgéniques.

Comment se sont comportés les autres pays européens ?
En Roumanie, comme nous le notions dans notre article publié dans Inf’OGM n°108, les cultures de maïs Mon810 ont aussi diminué en 2010, passant de 3 244 ha en 2009 à 823 ha en 2010.
Cependant, dans trois pays - Allemagne, Suède et République Tchèque - 2010 a été l’année des premières cultures de pomme de terre transgénique Amflora, mais ces cultures n’ont pas représenté des surfaces conséquentes. Il s’agissait plus de préparer les plants pour la saison 2011...

La baisse des surfaces cultivées en maïs transgénique notée en 2009 semble donc se confirmer pour l’Union européenne en 2010.

..........................................

Notes :

(1) 2007 : 35 860 hectares, 2009 : 29 540 hectares et 2010 : 24 371 hectares

(2) 2008 : 25 298, 2009 : 28 260 et 2010 : 25 212 ha



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source :http://www.infogm.org/spip.php?arti...

Lire aussi : La culture d’OGM recule au Portugal

14 novembre 2019
La démocratie renaîtra à l’échelle locale
14 novembre 2019
Le mystère de la mort d’abeilles près d’un champ expérimental de Bayer-Monsanto
15 novembre 2019
Francs-tireurs du raisin, les vignerons nature créent un syndicat