Débat sur l’énergie : les nucléaristes représentent plus de la moitié des délégués du patronat

Durée de lecture : 2 minutes

26 avril 2013 / Camille Martin (Reporterre)

Le syndicat patronal français, le Medef, s’investit vigoureusement dans le débat national sur la transition énergétique. Comme le montre le document que publie Reporterre, les firmes du nucléaire trustent la représentation des entreprises dans les débats régionaux : Areva, EDF et RTE concentrent 65 % des délégués mobilisés par le Medef.


Si le débat sur la transition énergétique n’intéresse quasiment pas les Français, il est perçu comme un moment stratégique par le patronat. C’est en effet durant ces dizaines de réunions que se concrétiseront les idées qui seront gravées dans une loi à la fin de l’année, structurant durablement la politique énergétique du pays.

Et dès l’automne dernier, le Medef (Mouvement des entreprises de France) s’est organisé pour peser sur les débats et les orienter. S’est ainsi constitué un « Groupe miroir ‘Organisation du débat national sur la transition énergétique’ » pour structurer l’intervention patronale dans le débat. Dans une note diffusée en interne en novembre dernier, et que Reporterre publie aujourd’hui, la démarche patronale est clairement posée.

D’une part, en expliquant précisément à ses membres la façon dont se déroulerait le débat. Ensuite, en résumant les principaux enjeux : le patronat demande notamment la « préservation de l’économie nationale de l’énergie, la simplification des projets d’infrastructure, la stabilité des objectifs 2020 du Paquet Energie » et la stabilité du mix énergétique, c’est-à-dire de « capitaliser sur la situation actuelle » et de ne pas avoir d’« a priori contre une solution en particulier (nucléaire, gaz de schiste… ». L’obsession, exprimée ouvertement ou de manière indirecte est toujours de ne pas toucher à la prééminence de l’énergie nucléaire.

Cette obsession apparaît nettement dans la façon dont le Medef a préparé ses troupes pour participer aux débats qui auront lieu de chaque région. Si l’on analyse présentée dans les pages 16 et 17 du document « Mobilisation du MEDEF en vue des débats régionaux et locaux » que nous publions, on constate que sur les 229 représentants des entreprises, 66 sont envoyés par la seule firme Areva, et 68 par EDF et RTE (Réseau de transport d’électricité).

Liste de mobilisation pour débats en région :

Autrement dit, la représentation du patronat est trustée à 59 % par les firmes activement engagées dans la promotion de l’énergie nucléaire !

Les PME, les énergies nouvelles et le secteur de plus en plus important des économies d’énergie sont quasiment oubliées de la logique du Medef.

Voilà qui promet un débat équilibré et ouvert aux idées nouvelles…

…………………

Note technique :

On a compté les représentants pour chaque région, en prenant pour la Picardie, le même nombre de délégués d’Areva que pour l’Ile-de-France. La mention est en effet ici imprécise. Si l’on excepte cette région en raison de cette imprécision, l’équilibre global ne change pas : Areva, EDF et RTE regroupent 56 % du nombre de délégués.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Camille Martin pour Reporterre

Lire aussi : Le débat sur la transition énergétique est le masque du capitalisme vert



Documents disponibles

  Sans titre
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
19 septembre 2019
En France, une sécheresse qui n’en finit pas
Info
19 septembre 2019
Climat : la France ne tient pas ses objectifs
Info




Du même auteur       Camille Martin (Reporterre)