Didier Harpagès, journaliste bénévole

Durée de lecture : 1 minute

19 septembre 2019

Après avoir accompli plus de quarante années de bons et loyaux services en tant que professeur de sciences économiques et sociales dans le dunkerquois, je me suis tourné vers l’écriture et quelques livres consacrés au thème de la décroissance ont été édités.

Sur les conseils de Hervé Kempf, je suis devenu journaliste bénévole à la suite de la mise en ligne d’un premier article relatif à la construction annoncée de la scandaleuse ferme des « mille vaches ». D’autres ont suivi.

Écrire bénévolement en faveur d’un quotidien gratuit au nom de l’écologie politique et sociale, tout compte fait, quoi de plus gratifiant pour un rescapé du travail ?


18 octobre 2019
L’écologie populaire, c’est aussi dans les campagnes
Enquête
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
17 octobre 2019
Au Rojava kurde, on attaque aussi une manière de vivre libre
Entretien