Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine)

18 octobre 2018 / par Émilie Massemin (Reporterre)

Centre de Fontenay-aux-Roses

Centre de Fontenay-aux-Roses

  • Date de création : 1946
  • Exploitant : CEA civil

Le centre CEA de Fontenay-aux-Roses, créé en 1946, occupe une superficie de 13,8 hectares et abrite la première pile atomique du continent européen, « Zoé ». Deux générations d’installations nucléaires ont été exploitées jusqu’en 1995, pour le développement du procédé de retraitement du combustible nucléaire.

Depuis 1999, le CEA a entrepris de dénucléariser le centre. Parallèlement au démantèlement des installations nucléaires en elles-mêmes, un programme d’assainissement complet du site a été élaboré. Abritant initialement quatre installations nucléaires de base (n° 34, 57, 59, 73), le centre n’en comporte plus que deux aujourd’hui (n° 165 et 166). La première INB est constituée des chantiers de démantèlement des laboratoires en eux-mêmes et la seconde est l’installation de traitement des déchets issus de ces chantiers. La dénucléarisation du site devrait s’achever entre 2015 et 2020.

Inventaire radioactif

- Bâtiment 10 – Installation de conditionnement de déchets solides irradiants : 3,5 mètres cubes de solutions ou déchets solides contaminés au radium provenant de l’Institut Curie ; 2 fûts de 200 litres de déchets solides de faible à moyenne activité avec présence possible de tritium ; 4 fûts Bayard d’effluents tritiés ; 2 mètres cubes de déchets divers de faible à moyenne activité en vrac ; 7 fûts de 120 litres de déchets solides de faible à moyenne activité ; un fût de 100 litres de déchets solides « alpha » de moyenne activité ; un conteneur de solvants de moyenne activité ; une tonne de plomb de très faible activité ; une tonne de déchets électroniques de très faible activité ; 7 fûts de déchets solides « alpha » de moyenne activité, non conformes.

- Bâtiment 18 – Installations de recherche du Laboratoire de chimie du plutonium (LCPu) dont les activités ont été transférées à Marcoule en 1995. Le démontage de certains équipements à l’arrêt définitif depuis 1994 est en cours, de même que le démantèlement de certains laboratoires : 19 fûts de déchets solides de faible à moyenne activité, non irradiants ou faiblement irradiants ; 25 mètres cubes de déchets solides, de faible à moyenne activité ; 3 fûts de 210 litres de solvant de faible à moyenne activité ; 9 fûts de 120 litres de déchets solides de faible à moyenne activité ; une tonne de déchets électroniques de faible à moyenne activité ; une tonne d’effluents de haute activité en cuves ; une tonne de produits chimiques liquides de faible à moyenne activité, une source scellée de césium 137 et plutonium 239 sans emploi ; une source scellée d’uranium 235 sans emploi ; deux sources scellées d’américium 241 sans emploi ; trois sources scellées de strontium 90 sans emploi ; 32 mètres cubes d’amiante de très faible activité ; une tonne de déchets électroniques de très faible activité.

- Bâtiment 50 – Station de traitement et de conditionnement de déchets solides : sources scellées sans emploi (2 sources de radon 226, une de césium 137, 3 de strontium 90, une de colbalt 60, une de plutonium 238, 13 de plutonium 239, 2 d’uranium 233, 5 d’américium 241, une d’américium 242, une source inconnue noire).

- Bâtiment 52 – Laboratoire de radio-métallurgie (RM2) consacré à l’examen destructif d’échantillons d’assemblages combustibles irradiés provenant des réacteurs de la filière à neutrons rapides, ayant fonctionné de 1967 à 1982. L’assainissement est terminé ; le démantèlement est en cours : 4 mètres cubes de déchets amiantés de très faible activité et de faible à moyenne activité ; 4 fûts de 200 litres de déchets solides non irradiants ou faiblement irradiants, de faible à moyenne activité ; 2 fûts de 200 litres de déchets électroniques de faible à moyenne activité.

- Bâtiment 53 – Ancienne station de traitement des effluents liquides (Stel). L’aire de stockage a été aménagée pour accueillir des déchets solides de faible et très faible activité : 3 mètres cubes d’effluents d’exploitation de faible à moyenne activité ; un mètre cube de déchets divers en vrac de faible à moyenne activité ; une tonne de mercure ; une tonne de déchets amiantés de très faible activité ; une tonne de déchets électroniques de très faible activité.

- Bâtiment 58 – Entreposage de déchets solides en puits de décroissance : 2 fûts de 220 litres de déchets solides de faible activité contaminés au radium ; 23 fûts de 220 litres de cendres non bloquées de faible à moyenne activité ; 5 fûts de 220 litres de cendres bloquées de faible à moyenne activité ; 178 fûts de concentrats de faible à moyenne activité enrobés dans du ciment ; 60 fûts de 220 litres de solvants de moyenne activité enrobés dans du ciment ; 153 fûts de 220 litres de déchets solides de natures diverses de moyenne activité ; une tonne de mercure ; 1.116 poubelles de 50 litres de déchets solides « alpha, bêta, gamma » de moyenne activité ; 35 fûts de 100 litres de déchets « alpha » de moyenne activité.

- Bâtiment 90 – Entreposage des déchets de très faible activité : 82 mètres cubes de déchets métalliques et non métalliques de très faible activité.

- Bâtiment 91 – Entreposage de fûts de 200 litres de déchets de faible activité et de fûts de 100 litres de déchets « alpha » contenant du plutonium : 4 fûts bétonnés de 220 litres de déchets solides de natures diverses de moyenne activité ; 19 fûts de 100 litres de déchets solides à base d’aluminium, contaminés au radium. Bâtiment 91 et aire extérieure du bâtiment 53 : 323 fûts de 200 litres de déchets solides non irradiants ou faiblement irradiants de faible à moyenne activité ; 2 caissons de 5 mètres cubes de déchets solides de faible à moyenne activité ; 59 fûts de 100 litres de déchets solides « alpha » de moyenne activité.

  • Source : Inventaire national des matières et déchets radioactifs de l’Andra, p. 291


25 mai 2019
Le succès des marches pour le climat prépare des actions plus engagées
Reportage
25 mai 2019
Radio Bambou : Le talent des jardiniers pour associer les plantes
Chronique
22 mai 2019
Européennes : les programmes au crible de l’écologie
Info


Du même auteur       Émilie Massemin (Reporterre)