Gilles-Eric Séralini en procès contre le dénigrement

Durée de lecture : 3 minutes

17 novembre 2010 / Fondation Sciences Citoyennes

Le chercheur Gilles-Eric Séralini mène depuis plusieurs années un travail scientifique d’analyse des données sanitaires relatives aux OGM. Au lieu d’être étudié sereinement par la communauté scientifique, M. Séralini est souvent dénigré par des membres de l’establishment. Il se pourvoit en diffamation : l’audience aura lieu le 23 novembre à Paris, le soutien public sera bienvenu.


La controverse entre chercheurs, organisée au sein de la communauté scientifique, est un des moteurs essentiels de la construction des savoirs. Pour être reconnu, un résultat doit avoir résisté à toutes les tentatives d’invalidation par les collègues. Plus encore, lorsque des travaux scientifiques ont des conséquences sociales, économiques et politiques importantes, la possibilité de développer ces postures critiques et de garantir les conditions d’une expertise pluraliste, devient le garant d’un bon fonctionnement démocratique.

Comment prendre les bonnes décisions lorsque certaines voies de recherche sont systématiquement écartées, avant même d’avoir été sereinement explorées ?

En matière d’étude de l’effet des plantes génétiquement modifiées sur la santé, ce respect de la controverse scientifique n’est pourtant pas de mise. La grande majorité des chercheurs qui publient des résultats suggérant des effets d’organismes génétiquement modifiés (OGM) sur la santé ou l’environnement, jusqu’alors insoupçonnés est la cible de campagnes de dénigrement provenant de membres influents de la communauté scientifique.

La France n’est pas en reste comme en témoigne la situation actuelle de Gilles-Eric Séralini, professeur de biologie moléculaire à l’Université de Caen et co-directeur du Pôle pluridisciplinaire « Risques », spécialisé dans l’étude des effets des pesticides et OGM sur la santé. G-E Séralini et ses collègues ont mené des contre-expertises de données fournies par Monsanto pour justifier de la commercialisation de 3 de ses maïs OGM (MON 863, MON 810, NK 603). Ces contre-expertises remettent en question la capacité pour ces données de démontrer formellement l’innocuité des trois maïs (suivi des rats trop court, puissance de l’analyse statistique insuffisante). Contrairement aux analyses réalisées par la firme, les travaux de G-É Séralini et de ses collègues ont été soumis au processus d’évaluation critique par les pairs avant d’être publiés en 2007 et en 2009.

Ces résultats interrogeant le bien fondé des autorisations octroyées par la Commission Européenne sur avis de l’Agence Européenne de Sécurité Alimentaire (EFSA) pour la consommation animale et humaine de ces trois maïs, il n’est pas étonnant qu’ils aient suscité de vives réactions de Monsanto, de l’EFSA ainsi que d’autres organismes de contrôle des aliments et d’évaluation des OGM à travers le monde.

Mais depuis quelques semaines, Gilles-Eric Séralini est également la cible d’attaques et de pressions morales émanant d’une partie de la communauté scientifique, et en particulier de l’Association Française des Biotechnologies Végétales, parrainée par des chercheurs bien connus comme Claude Allègre et Axel Kahn, et présidée par Marc Fellous, professeur de génétique et ancien président de la Commission du Génie Biomoléculaire (chargée d’évaluer les OGM avant le Grenelle de l’Environnement).

Face à ces attaques extrêmement violentes allant jusqu’à remettre en question les conditions mêmes de ses travaux de recherche (position académique, financements), G-É Séralini a décidé d’intenter un procès en diffamation à Marc Fellous. Ce procès aura lieu le 23 novembre à 13 H 30 au Tribunal de Grande Instance de Paris.

PROGRAMME DE LA JOURNÉE

Journée de soutien à Gilles-Eric Séralini le 23 novenbre 2010

- 11 H : Conférence de Presse avec Gilles-Éric Séralini, Christian Vélot et Pierre Méneton à l’école Nationale de la Magistrature (Ile de la Cité, Quai aux Fleurs)

- 12 H : Rassemblement devant le Tribunal de Grande Instance, Ile de la Cité, rue de Lutèce

- 13 H 30 : Début du procès

- 14 H 30 : Réunion publique « Expertise scientifique et décisions politiques » (Péniche Alternat, Quai de la Tournelle, entre le pont de l’Archevéché et le pont de la Tournelle) : Interventions de scientifiques et élus, Interventions des témoins de G- é Séralini à leur sortie du tribunal, Interventions de G- é Séralini à l’issue du procès.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://sciencescitoyennes.org/spip....

Ecouter aussi : Gilles-Eric Séralini, pourquoi l’expertise indépendante est-elle impossible ? http://www.reporterre.net/spip.php?...

24 juillet 2019
Greta Thunberg tente de secouer les députés... qui ratifient le Ceta
Info
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
18 juillet 2019
De l’urgence de débattre au sein du mouvement écologiste
Édito




Du même auteur       Fondation Sciences Citoyennes