Grande braderie de livres sauvés du pilon à Paris

6 février 2016



La librairie Rue de l’échiquier organise une grande braderie avec pour seul objectif de sauver un maximum de ses livres du pilon !

Chaque année, de nombreux livres, dits « défraîchis », sont condamnés au pilon : ils sont détruits car considérés comme impropres à la vente en librairie.

Pour lutter contre ce gaspillage et offrir une deuxième chance à ces livres, Rue de l’échiquier a décidé d’organiser une braderie. Nous avons rapatrié tous les containers, puis trié et nettoyé les ouvrages pour la vente. 
Le public pourra ainsi acquérir des livres du catalogue de Rue de l’échiquier à prix minime (entre 1 et 5 euros). De quoi bien alimenter sa bibliothèque !
La braderie « Sauvé du pilon », c’est LE bon plan : c’est pas cher, c’est antigaspi et c’est rempli de petits trésors !

Définition du pilon
Le pilon concerne essentiellement les livres dits « défraîchis » : il s’agit d’invendus qui, après avoir passé plusieurs mois en librairie, ne sont plus à l’état neuf : ils sont souvent salis et/ou abîmés, et ne peuvent plus prétendre au titre de « livres neufs ».
Le libraire les renvoie au distributeur, qui les retire du circuit du vente et les classe en « indisponibles ». 
Pour limiter la taille de ses stocks, l’éditeur peut en demander la mise au pilon, c’est-à-dire la destruction, ou choisir, comme Rue de l’échiquier, de les rapatrier et de leur donner une nouvelle chance !

Infos pratiques : De 10 heures à 19 heures le samedi 6 février 2016
La librairie Rue de l’échiquier se situe au 12, rue du Moulin-Joly dans le 11e arrondissement de Paris. 

Comment s’y rendre ?
- en métro : arrêts Couronnes ou Belleville (lignes 2 et 11)
- en bus : ligne 96
- en vélo !




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Reporterre sur Nova : On demande littérature écologiste
19 janvier 2017
Pour l’oligarchie réunie à Davos, les événements climatiques sont le premier risque mondial
Info
19 janvier 2017
Ken Saro-Wiwa, un héros africain de l’écologie
Tribune
19 janvier 2017
Les expropriations des habitants de la Zad de Notre-Dame-des-Landes ne sont plus valables
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre