Inondations en Inde et au Bangladesh : plus d’1,5 million de personnes déplacées

Durée de lecture : 2 minutes

26 septembre 2012 / lemonde.fr, AFP, Reuters


Le nord-est de l’Inde est frappé depuis une semaine par des inondations et des glissements de terrain provoqués par les pluies de la mousson, qui ont fait au moins 30 morts tandis que huit personnes étaient portées disparues, a annoncé dimanche 23 septembre l’agence indienne PTI. L’armée et les forces aériennes ont lancé des opérations de secours dans les zones affectées.

Au moins 21 corps, dont ceux de membres de la police de la frontière indo-tibétaine, ont été découverts dans une zone reculée de l’Etat du Sikkim, a précisé l’agence. Dans l’Etat d’Assam, qui se remet à peine des inondations mortelles de juillet, cinq personnes ont trouvé la mort dans des inondations qui ont submergé un parc naturel et 20 sont portées disparues.

Les averses ont provoqué la crue du fleuve Brahmapoutre et de ses affluents, causant des inondations qui ont entraîné le déplacement de près d’un million et demi de personnes dans le seul Etat d’Assam. 2 200 villages ont été engloutis et les cultures dévastées.

De nombreux réfugiés ont trouvé un abri dans des camps ou le long des routes, précise un responsable de l’autorité de gestion des catastrophes dans l’Assam. Dans l’Etat d’Arunachal Pradesh, quatre personnes ont été ensevelies par des coulées de boue, indique la police.

« Une alerte sanitaire maximale » a été déclenchée pour toute la zone concernée, a déclaré le ministre de la santé de l’Etat d’Assam, Himanta Biswa Sarmah : « Nous avons envoyé sur place des médecins et des infirmiers pour empêcher l’apparition de maladies. »

Rien à manger

Les équipes de sauvetage s’organisent pour évacuer les personnes en danger par hélicoptère ou en canot dans des zones d’altitude plus élevée. Une centaine d’abris ont été ouverts pour loger les déplacés. Les forces aériennes larguaient des provisions alimentaires aux populations sinistrées.

Des leaders de l’opposition ont pourtant accusé les autorités d’incompétence et de ne pas parvenir à acheminer l’aide aux sinistrés. « Le gouvernement n’a pas réussi à fournir l’aide nécessaire, y compris en ce qui concerne les vivres et les médicaments », a dénoncé Sarbananda Sonowal, un responsable local du parti d’opposition Bharatiya Janata Party. « Dans de nombreuses régions de l’Etat d’Assam, des gens n’ont même pas à manger », a-t-il affirmé.

En juillet, 110 personnes avaient été tuées et plus de 400 000 étaient restées sans abri en Assam. Trois parcs nationaux de l’Assam ont été inondés, dont celui de Kaziranga, importante réserve de rhinocéros unicornes.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : lemonde.fr

Photo : Le Figaro

Lire aussi : Sécheresses et inondations, annonce le GIEC

22 novembre 2019
Convention citoyenne pour le climat : devenez une assemblée réellement démocratique !
21 novembre 2019
Nous avons visité Milipol, le salon de la répression
6 novembre 2019
Caravanes, yourtes, camions habités... Un projet de loi veut les chasser