Le Préfet s’oppose au projet d’aéroport : « pas justifié », écrit-il

Durée de lecture : 1 minute

6 mars 2013 / Hervé Kempf (Reporterre)

« Aucune relance d’une réflexion sur un nouveau site aéroportuaire n’est donc aujourd’hui justifiée » : le préfet de région s’oppose au projet d’aéroport, reprenant point par point les arguments des opposants à Notre Dame des Landes.

Mais c’est... à Toulouse. Un fort document, que Reporterre est heureux de verser au débat.


Cela se passe dans une belle région de France. Depuis de longues années, on y parle d’un projet d’aéroport. Où en est-on, se demandent les élus ? Ils interrogent le Préfet de la région.

Et celui-ci lui répond point par point :

- de nombreuses études ont été menées entre 2000 et 2006 : mais « depuis, de nouveaux éléments sont apparus et doivent être pris en considération »  ;

- en effet, explique le Préfet, même si le trafic de l’aéroport existant a fortement augmenté, le nombre de passagers par avion s’est accru si bien qu’il y a « un nombre de mouvements moins importants que prévu » ;

- de surcroît, poursuit-il, on a restreint les vols de nuit et il y a un « effort continu d’amélioration des performances acoustiques de nouvelle génération », si bien que l’on peut penser que « le développement du trafic de l’aéroport (...) restera cohérent avec le Plan d’exposition au bruit actuel » ;

- de plus, on peut décharger une partie du trafic de l’aéroport sur un aéroport voisin ;

- enfin, explique le représentant de l’Etat, « le projet de lignes ferroviaires à grande vitesse (...) se poursuit normalement ».

Au total, conclut Henri-Michel Comet, préfet de région, « aucune relance d’une réflexion sur un nouveau site aéroportuaire n’est donc aujourd’hui justifiée ».

Cela vous rappelle quelque chose, n’est-ce pas ? Autant d’arguments parfaitement valables pour l’aérport de Nantes... mais c’est de l’aéroport de Toulouse Blagnac, que parle Henri-Michel Comet, préfet de la région Midi-Pyrénées.

Lisez sa lettre :



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Hervé Kempf pour Reporterre

Consulter par aileurs notre Dossier Notre Dame des Landes



Documents disponibles

  Sans titre
26 juillet 2019
L’association La Bascule, instrument macronien ou outil du changement ?
Enquête
18 juillet 2019
De l’urgence de débattre au sein du mouvement écologiste
Édito
3 juillet 2019
Ceta, Mercosur : les accords de libre-échange donnent le pouvoir aux multinationales
Info




Du même auteur       Hervé Kempf (Reporterre)