Le Préfet s’oppose au projet d’aéroport : « pas justifié », écrit-il

Durée de lecture : 1 minute

6 mars 2013 / Hervé Kempf (Reporterre)



« Aucune relance d’une réflexion sur un nouveau site aéroportuaire n’est donc aujourd’hui justifiée » : le préfet de région s’oppose au projet d’aéroport, reprenant point par point les arguments des opposants à Notre Dame des Landes.

Mais c’est... à Toulouse. Un fort document, que Reporterre est heureux de verser au débat.


Cela se passe dans une belle région de France. Depuis de longues années, on y parle d’un projet d’aéroport. Où en est-on, se demandent les élus ? Ils interrogent le Préfet de la région.

Et celui-ci lui répond point par point :

- de nombreuses études ont été menées entre 2000 et 2006 : mais « depuis, de nouveaux éléments sont apparus et doivent être pris en considération »  ;

- en effet, explique le Préfet, même si le trafic de l’aéroport existant a fortement augmenté, le nombre de passagers par avion s’est accru si bien qu’il y a « un nombre de mouvements moins importants que prévu » ;

- de surcroît, poursuit-il, on a restreint les vols de nuit et il y a un « effort continu d’amélioration des performances acoustiques de nouvelle génération », si bien que l’on peut penser que « le développement du trafic de l’aéroport (...) restera cohérent avec le Plan d’exposition au bruit actuel » ;

- de plus, on peut décharger une partie du trafic de l’aéroport sur un aéroport voisin ;

- enfin, explique le représentant de l’Etat, « le projet de lignes ferroviaires à grande vitesse (...) se poursuit normalement ».

Au total, conclut Henri-Michel Comet, préfet de région, « aucune relance d’une réflexion sur un nouveau site aéroportuaire n’est donc aujourd’hui justifiée ».

Cela vous rappelle quelque chose, n’est-ce pas ? Autant d’arguments parfaitement valables pour l’aérport de Nantes... mais c’est de l’aéroport de Toulouse Blagnac, que parle Henri-Michel Comet, préfet de la région Midi-Pyrénées.

Lisez sa lettre :



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Source : Hervé Kempf pour Reporterre

Consulter par aileurs notre Dossier Notre Dame des Landes



Documents disponibles

  Sans titre
25 mai 2020
À pied, à vélo, en canoë… Voyager lentement pour se reconnecter au vivant
Alternatives
28 mai 2020
Contre les avions et le béton, la bataille repart au nord de Paris
Info
27 mai 2020
Sur les plages, la ruée des promeneurs menace les oiseaux d’eau
Reportage




Du même auteur       Hervé Kempf (Reporterre)