Le ministre Estrosi s’attaque au Parc du Mercantour

Durée de lecture : 3 minutes

10 octobre 2009 / La Garance voyageuse

Un projet de développement destructeur, « Les Balcons du Mercantour », est en cours dans ce parc national.


En juillet 2009, un nouveau président a été nommé au parc du Mercantour : M. Ciotti. Avec comme vice-président Christian Estrosi (qui est à l’origine du projet des Balcons du Mercantour lancé en 2008) , ce projet de "développement" scandaleux risque de ressurgir sous une forme déguisée.

Début août, La Garance a envoyé au nouveau président du Parc une lettre ouverte pour réclamer l’application de la loi qui règle la gestion du Parc, la poursuite des responsables des destruction d’espèces protégées commises par les travaux illégaux de 2008 et pour lui demander de respecter la mission de protection du Parc.

A ce jour aucune réponse ne nous est parvenue et des travaux de « développement » sans aucune concertation légale se poursuivent (agrandissement de parkings par exemple).

Nous nous adressons donc à tous pour que la pression de l’opinion publique s’exerce sur les responsables et que la loi qui protège les espèces menacées soit appliquée.

................................................................................

Lettre ouverte adressée par l’association La Garance voyageuse à M. Ciotti, Président du Parc National du Mercantour

Monsieur,

En août 2008, l’ouverture d’un chantier de terrassement dans le Parc national du Mercantour, première étape pour créer un itinéraire touristique de randonnée, et ceci au mépris des lois et de toutes les règles de gestion du Parc, a provoqué une levée de boucliers.
La Garance voyageuse s’est jointe aux protestations car :
- 1) des plantes protégées avaient été détruites en plein parc national, dont l’emblématique Saxifraga florulenta ;
- 2) le projet complet, dit « Les Balcons du Mercantour », n’était pas compatible avec le respect de l’environnement alpin (paysages, flore et sols) ;
- 3) le projet avançait dans l’opacité, en l’absence de concertation et sans respecter les préconisations du conseil scientifique du Parc national.

Où en est ce projet en juillet 2009 ?

Vous avez été nommé président du Parc du Mercantour en juillet 2009 et avez annoncé que le projet restait en discussion.

En tant qu’association de protection du monde végétal, La Garance voyageuse est très inquiète pour l’avenir du parc. Des espèces protégées ont déjà été détruites pendant les travaux de terrassement entre le refuge de Rabuons et le lac de Lagonot (vallée de la Tinée). Bien que la constatation en ait été faite par des agents du Parc et de l’ONF, ces destructions en infraction évidente avec la loi n’ont, à ce jour, toujours pas été punies. Le plus grand brouillard entoure la suite des évènements.

La Garance voyageuse s’adresse à vous, nouveau Président du parc, pour réclamer l’application de la loi à l’encontre des délits commis en 2008 et la protection effective des espèces protégées menacées par ce projet, en particulier Saxifraga florulenta, Primula marginata, Jovibarba allionii, Cardamine asarifolia, Androsace vandellii et Gnaphalium uliginosum inventoriées sur le parcours.

Nous espérons que vous aurez à cœur de promouvoir le rôle primordial du Parc du Mercantour qui est d’être une zone de protection de la nature.

Je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de ma considération distinguée.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courriel à Reporterre

Contact : www.garancevoyageuse.org

Lire aussi : La nature peau de chagrin http://www.reporterre.net/spip.php?...

16 septembre 2019
Déchets nucléaires : la Suisse se donne les moyens de l’entreposage à sec
Reportage
14 septembre 2019
Algues vertes en Bretagne : 4 points pour comprendre le problème
Info
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage




Du même auteur       La Garance voyageuse