Maubeuge (Nord)

17 octobre 2018 / par Émilie Massemin (Reporterre)

Société de maintenance nucléaire (Somanu)

Société de maintenance nucléaire (Somanu)

  • Date de mise en service : 1986
  • Exploitant : Framatome/Somanu

La Société de maintenance nucléaire (Somanu) est implantée dans la zone industrielle de Grévaux-les-Guides. Cet atelier réalise des activités de réparation, d’entretien et d’expertise de matériels ou activités provenant principalement des réacteurs nucléaires, à l’exclusion des éléments de combustible. Il produit des effluents liquides évacués régulièrement vers les sites du CEA de Saclay ou de Centraco et des déchets technologiques et ferrailles envoyés vers Centraco ou l’Andra. Les opérations de maintenance préventives et/ou curatives sont effectuées sur le matériel fonctionnant en milieu radioactif, notamment dans les bâtiments réacteurs des centrales nucléaires françaises.

Inventaire radioactif : déchets en attente de transfert pour incinération vers la Socodei, Centraco ou Marcoule (87 fûts de 120 litres de déchets technologiques contenant du manganèse 54, du cobalt 58 et 60, de l’antimoine 125 et du césium 137 ; 16 fûts d’effluents organiques contenant du manganèse 54, du cobalt 58 et 60, de l’antimoine 125 et du césium 137 ; 16 mètres cubes d’effluents liquides aqueux) ; déchets métalliques en attente de transfert pour fusion vers la Socodei, Centraco ou Marcoule (métaux contenant du manganèse 54, du cobalt 58 et 60, de l’antimoine 125 et du césium 134 et 137) ; effluents en attente de traitement (8 tonnes de boues de nettoyage de cuves contenant du manganèse 54, du cobalt 58 et 60, de l’antimoine 125 et du césium 134 et 137) ; 167 fûts de déchets technologiques d’exploitation en attente de transfert vers l’Andra.

  • Source : Inventaire national des matières et déchets radioactifs de l’Andra, p. 238


24 mai 2019
En Belgique, les marcheurs du climat ont bousculé la campagne électorale
Info
23 mai 2019
En Inde, les partis politiques ignorent le changement climatique
Info
24 mai 2019
Radical et non violent, Extinction Rebellion secoue la politique britannique
Info


Du même auteur       Émilie Massemin (Reporterre)