Notre Dame des landes : début des vigies à Paris

Durée de lecture : 2 minutes

16 octobre 2012 / Des Citoyens Vigilants


Les Citoyens Vigilants de Notre-Dame-des-Landes seront à Paris devant le Ministère de l’Ecologie et des Transports ce mercredi 17 octobre 2012 à partir de 10 h pour une première vigie citoyenne parisienne. Il s’agit de faire apparaître la résistance au projet de nouvel aéroport nantais devant les ministères concernés : écologie et transports, agriculture, finances. C’est pourquoi les Citoyens Vigilants se déplaceront dorénavant à Paris certains mercredis, jour du Conseil des Ministres en complément des opérations à Nantes.

En effet, depuis 4 ans, des citoyens opposants au projet de nouvel aéroport - projet de Notre-Dame-des-Landes - ont mis en place des vigies quotidiennes devant des lieux symboliques de la ville de Nantes (Conseil général, Hôtel de Ville, sièges du PS et de l’UMP) et dans divers lieux très fréquentés de la ville pour dénoncer l’aberration de ce projet d’aéroport, informer largement la population et montrer que la résistance est permanente. Cette opération appelée « Citoyens vigilants » est calquée sur le mode de fonctionnement de la vigie réalisée devant le siège de l’OMS à Genève depuis plus de 5 ans pour dénoncer sa collusion avec le lobby nucléaire : 2 personnes au minimum se positionnent devant les lieux choisis, portent des chasubles à texte et échangent avec les passants qui le souhaitent. Il n’y a pas de tractage proprement dit. L’idée est de laisser la population venir s’informer.

Nombreux sont les citoyens qui participent à cette opération et nombreux aussi sont les citoyens qui, en accord avec les opposants, ont signé la pétition proposée. Suite au changement de gouvernement - Jean Marc Ayrault, maire de Nantes et ardent défenseur du projet, étant devenu Premier Ministre -, il est apparu indispensable de « monter à Paris » pour peser encore davantage sur les décideurs nationaux et questionner tous les ministres du gouvernement.

La presse est invitée à venir rencontrer les citoyens vigilants ce mercredi 17 octobre, de 10 h à 16 h devant le Ministère de l’Ecologie et des Transports, 246 Boulevard Saint Germain.

Un point presse est proposé à 11 h.

Une vigie postale à l’Élysée

En parallèle, une « Vigie postale » hebdomadaire à destination de François Hollande, s’est mise en place, avec un courrier envoyé à l’Élysée une fois par semaine depuis le 29 août, chaque lettre informant le Président sur un aspect différent du dossier. Les lettres et les réponses reçues sont à présent mises en ligne à raison d’une par semaine, le mercredi pour la lettre, le samedi pour la réponse. Ces courriers sont visibles sur le site Paroles de campagne, rubrique Vigie postale Elysée.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Acipa

Lire aussi : Alerte à Notre Dame des Landes

1er avril 2020
Nous ne sommes pas en guerre
Tribune
2 avril 2020
Face au coronavirus, des collectifs appellent à la « grève des loyers » en Espagne
Info
31 mars 2020
Au Québec, la crise du coronavirus pourrait ouvrir « le grand chantier de l’autosuffisance » alimentaire
Info