Prenons la Bastille d’iode

Durée de lecture : 2 minutes

9 novembre 2012 / par villalard


2e rassemblement mensuel

Pour l’arrêt du nucléaire au Japon et dans le monde

Co-organisé par le Réseau Yosomono-net France et Sortir du Nucléaire Paris

Ce deuxième rassemblement fera écho à un mouvement international, pour lequel d’autres manifestations sont prévues : la grande action, organisée par la coalition anti-nucléaire de Tokyo attend 1 million de personnes dans la capitale nippone. Il y aura également des manifestations à Londres, à Berne en Suisse, et le 10 novembre à Florence, organisées par des groupes de ressortissants japonais adhérents au réseau yosomono-net.
Comme le 13 octobre dernier, le rassemblement sera retransmis en direct sur internet par le média indépendant japonais IWJ.

Yosomono signifie « étranger, celui qui vient d’ailleurs ». Ce nom ? Parce qu’en plus du statut qui est le leur dans les pays où ils résident, les ressortissants japonais sont également considérés comme « étrangers » par certains compatriotes (avec comme sous-entendu : « ne venez pas vous mêler de nos affaires »). Mais la catastrophe de Fukushima a déjà et continuera d’avoir dans l’avenir des conséquences très graves pour les populations et leur environnement, c’est la raison pour laquelle il a été décidé d’agir de l’extérieur afin de continuer à soutenir ceux qui souffrent et luttent sur place. Les membres de ce réseau ont ainsi jugé nécessaire de s’associer aux actions et aux réflexions destinées à faire sortir le Japon, ainsi que le reste du monde, de la domination non démocratique du nucléaire.
En France également, le risque est là. Un accident grave est malheureusement possible à tout moment dans les 58 réacteurs installés sur son territoire. Le récent rapport de la commission européenne a pointé des défaillances dans toutes les centrales françaises. L’incident du réacteur N°1 à la centrale de Flamanville survenu le 23 octobre vient de nous rappeler la fréquence des incidents dans nos centrales. Il est grand temps de tirer la leçon de la catastrophe de Fukushima et d’exiger la sortie la plus rapide possible du nucléaire en France comme partout dans le monde.

Interventions et animations (14h00-16h00) :

La situation à Fukushima et au Japon, les dessous de Fessenheim et la réalité, la situation sanitaire du Bélarus 26 ans après Tchernobyl (Yves Lenoir), l’OGM et le nucléaire (Béatrice Jaud, productrice de « Tous Cobayes »)
Animations :

Encerclement symbolique de la maquette du Parlement japonais, danse traditionnelle des femmes de Fukushima (Kansho odori), chants de l’archipel Okinawa par Mako Mori, chanson antinucléaire avec Komandant Simi Ol, animations comiques, percussions ...




Source : Sortir du nucléaire Paris

Consulter par ailleurs : Les événements de Reporterre

13 novembre 2019
Angélique Huguin : « Je continue de lutter parce que c’est une manière de rester debout »
14 novembre 2019
Le mystère de la mort d’abeilles près d’un champ expérimental de Bayer-Monsanto
13 novembre 2019
En Alsace, le village de Muttersholtz montre la voie de l’écologie


Du même auteur       villalard