Saclay (Essonne)

18 octobre 2018 / par Emilie Massemin (Reporterre)

Centre de Saclay

Centre de Saclay

  • Date d’ouverture : 1952
  • Exploitant : CEA Saclay

Le centre CEA de Saclay est le plus grand des dix centres de recherche du CEA. Il exerce de nombreuses activités notamment dans le domaines de l’énergie nucléaire, dans des installations de traitement, de caractérisation et de conditionnement des déchets solides, de traitement, de conditionnement et d’entreposage des déchets liquides et de démantèlement, et autour du réacteur expérimental Orphée. Il accueille aussi le siège administratif du CEA. D’une superficie de 220 hectares, il est implanté sur le plateau de Saclay, dans le pôle scientifique et technologique Paris-Saclay, et est composé d’un domaine principal et d’une extension baptisée « l’Orme des Merisiers ».

Inventaire radioactif :

- Installation nucléaire de base (INB) n° 72 – zone de gestion des déchets solides : déchets divers (quatre échangeurs et deux filtres provenants des réacteurs à eau lourde EL2 et EL3 issus d’opérations d’assainissement et de démantèlement, et dix blocs de béton contenant des déchets solides provenant de l’opération Eblis réalisée en 1970, tous entreposés en fosse dans le bâtiment 114) ; déchets de faible activité (77 mètres cubes de déchets technologiques compactables, 233 déchets technologiques tritiés, etc.) ; autres déchets (362 sources scellées usagées et sans emploi, 50 sources strontium/césium entreposées dans un puits du bâtiment 120, etc.) ; 7,4 mètres cubes d’effluents aqueux de faible activité ; déchets irradiants (492 déchets moyennement irradiants, 328 déchets irradiants, etc.) ; déchets solides de moyenne activité (57 coques 11G de déchets solides ; 12 coques 11L de déchets solides, etc.) ; huiles ; blocs de béton contenant des déchets solides utilisés pour la construction du bâtiment 116 (500 blocs de béton de faible et moyenne activité, 80 blocs de béton de très faible activité) ; autres déchets (3.120 objets au radium à usage médical entreposés dans 131 conteneurs ; 1.500 sources radioactives usagées sans emploi contenant du tritium, du nickel 63, du krypton 85, du strontium 90, de l’iode 129, du césium 137, du polonium 210, du radon 226, du plutonium 238 et de l’américium 241).

- INB n°35 – traitement des effluents radioactifs liquides : liquides aqueux (411 mètres cubes de concentrats en attente de traitement, 117 mètres cubes d’effluents aqueux de faible activité tritiés, etc.) ; 4 mètres cubes de liquides organiques de faible activité – huiles et solvants ; déchets de faible activité (17 mètres cubes de déchets solides divers – coton, tissu, plastique, caoutchouc, 9 mètres cubes de déchets de grandes dimensions dans des fûts métalliques, etc.) ; déchets de très faible activité (102 mètres cubes de déchets solides divers – gravats, coton, tissu, plastique, terre –, terres provenant de l’assainissement de la zone Eblis, mises en caissons en entreposées en fosse).

- INB n°49 – Laboratoire de haute activité (LHA) : liquides organiques (liquides scintillants, solvants) ; 267 mètres cubes de déchets solides divers de très faible activité ; déchets de faible activité (25 mètres cubes de déchets solides divers de grandes dimensions ; 2 mètres cubes de déchets solides divers produits par la cellule 6) ; 4 mètres cubes de liquides aqueux de faible activité dans des cuves de la cellule 6 ; déchets solides divers (coton, tissu, plastique, etc.) irradiants ; déchets solides divers de moyenne activité.

- INB n° 40 – réacteur de recherche Osiris (définitivement arrêté depuis 2015) : liquides organiques (pico-fluor scintillants, huiles) ; déchets de faible activité (7 mètres cubes de déchets solides divers, déchets incinérables) ; déchets irradiants de moyenne activité (déchets solides divers – coton, tissu, plastique, caoutchouc, métaux ferreux et non ferreux, filtres –, résines irradiantes) ; autres solides (déchets d’hafnium, réflecteurs en béryllium irradiés, déchets de cobalt) ; 3 mètres cubes de déchets solides divers de très faible activité ; 26 mètres cubes de liquides aqueux de faible activité.

- INB n° 101 – réacteur Orphée (arrêt définitif prévu fin 2019) : combustible de recherche de type « caramel » (sandwich d’alliage d’uranium enrichi entre deux plaques métalliques ; consommation de 0,015 tonne par an) ; liquides organiques (liquides scintillants, liquides scintillants sans filière) ; déchets de faible activité (3 mètres cubes de déchets solides divers tritiés, 2 mètres cubes déchets solides divers, un mètre cube déchets incinérables) ; 2 mètres cubes de déchets solides divers irradiants, entreposés dans le canal de transfert ; autres déchets (un mètre cube de déchets d’équipements électriques et électroniques, détecteurs de neutrons BF3, réflecteurs en béryllium irradiés).

- INB n° 50 – Laboratoire d’étude des combustibles irradiés (Leci) : 3 mètres cubes d’effluents de faible activité ; déchets solides divers de très faible activité (métaux ferreux et non ferreux, câbles électriques) ; déchets de moyenne activité (18 mètres cubes de déchets solides divers dans des caissons prébétonnés, déchets solides irradiants) ; déchets de faible activité (4 mètres cubes de déchets solides incinérables, un mètre cube de déchets solides divers) ; dalles de vinyle et d’amiante.

- INB n° 18 – réacteur Ulysse : 15 mètres cubes de déchets de très faible activité de démantèlement.

- Inventaire radioactif notable dans les autres installations du centre de Saclay : 14 mètres cubes de déchets solides de très faible activité (installation n° 68) ; 20 mètres cubes de déchets solides divers de faible activité de grandes dimensions (installation n° 75) ; 28 mètres cubes de déchets solides divers de très faible activité – terre, gravats contaminés (installation n° 84) ; entreposage de 130 mètres cubes de liquides aqueux, 66 mètres cubes de déchets solides divers de très faible activité, 1.052 mètres cubes de déchets de très faible activité entreposés dans le bâtiment 156, 492 mètres cubes de déchets solides de faible activité de grandes dimensions, 165 mètres cubes de déchets de très faible activité à reconditionner à l’Atelier de décontamination, d’expertise et de conditionnement (Adec), 886 mètres cubes de déchets de très faible activité entreposés dans le bâtiment 156, 115 mètres cubes de déchets de très faible activité entreposés dans le bâtiment 463, 61 mètres cubes de déchets métalliques divers, 55 mètres cubes de déchets solides divers de faible et moyenne activité, 1.034 blocs de béton de très faible activité et 526 blocs de béton de faible et moyenne activité utilisés pour la construction du bâtiment 156 (installation n° 105) ; 309 blocs de béton de faible et moyenne activité entreposés dans la fosse du bâtiment 196, 79 coques de très faible activité et 45 coques de faible et moyenne activité utilisées pour la construction du bâtiment 196 (installation n°218).

  • Sources : Inventaire national des matières et déchets radioactifs de l’Andra, p. 261 ; Plan national de gestion des matières et déchets radioactifs 2016-2018



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.
15 novembre 2018
Les ONG écologistes et de solidarité déplorent l’incohérence du gouvernement sur la taxe carbone
Info
14 novembre 2018
En Suède, la « taxe carbone » est bien acceptée
Info
10 novembre 2018
Gabriel, paysan pris à la gorge par une administration aveugle
Tribune


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Du même auteur       Emilie Massemin (Reporterre)