Salamane : le tribunal donne raison aux opposants

Durée de lecture : 2 minutes

20 décembre 2010 / Collectif Salamane

A Clermont-L’Hérault, un projet d’entrepôt logistique menace des dizaines d’hectares de vignes et de vergers. Un recours a été déposé par les opposants, dont le tribunal administratif de Montpellier vient de reconnaître le bien-fondé.


Par jugement du 17 décembre 2010, le Tribunal Administratif de Montpellier vient d’annuler la décision du Président de la Communauté de Communes de signer le protocole d’accord avec Système U pour l’implantation d’une base logistique sur la plaine agricole de la Salamane.

Le tribunal motive principalement sa décision sur le fait que ce contrat signé avec Système U méconnaît un principe fondamental : L’égalité des citoyens devant l’impôt.
En effet, le Président de la Communauté de Communes avait accepté, entre autres, d’exonérer Système U de toute hausse d’impôts locaux voir de lui restituer sous forme d’ indemnité toute hausse d’impôts locaux.

Il faut constater que le projet phare du Président de la Communauté de Communes est nuisible non seulement au développement économique équilibré du Clermontais mais aussi aux contribuables de la communauté de communes dont les intérêts sont totalement bafoués par la politique du Maire de Clermont l’Hérault .

Après les avis défavorables déjà exprimés par le Service Départemental de l’Architecture et du Patrimoine (Ministère de la Culture), la Direction Départementale des Territoires et de la Mer (ex Directions de l’Equipement et de l’Agriculture) et celui de la Chambre d’Agriculture, ce projet de ZAC et son montage négocié au détriment des habitants de la Communauté de Communes, le Tribunal Administratif de Montpellier met en relief la collusion entre la communauté de communes et le groupe de grande distribution Système U.
La plaine de la Salamane mérite mieux que ce projet aberrant qui aboutira à vider le centre-ville de Clermont de ses activités et commerces de proximité et détruire les rares terres agricoles qui nous restent.

Il est urgent de restaurer de la démocratie au niveau local
Il est temps d’avoir un projet de développement cohérent pour notre territoire, construit collectivement, en y associant la population.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://salamane.hautetfort.com

Lire aussi : Un bétonnage délirant en projet dans l’Hérault

18 juillet 2019
Élisabeth Borne, une « travailleuse acharnée » pas « écolo convaincue » au ministère de l’Écologie
Info
16 juillet 2019
Pourquoi faire la « marche des animaux » ?
Une minute une question
9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage




Du même auteur       Collectif Salamane