Sécheresses et inondations sont l’effet du changement climatique, dit le GIEC

Durée de lecture : 3 minutes

19 novembre 2011 / AFP

Dans son nouveau rapport, le GIEC indique que le changement climatique amplifie déjà les événements météo extrêmes.


Le changement climatique a déjà amplifié les événements extrêmes, pluies torrentielles ou vagues de chaleur, mais leur impact humain et économique dépendra à l’avenir aussi bien de leur intensité que des mesures de protection qui seront prises, selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec).

« D’ores et déjà, nous pouvons attribuer l’augmentation du nombre de jours de chaleur au cours des dernières années à un accroissement des gaz à effet de serre », a indiqué vendredi 18 novembre Thomas Stocker, co-président du Giec, organe scientifique de référence sur le climat, en rendant public le rapport à l’issue lors d’une réunion à Kampala.

Publié dix jours avant le début des négociations de l’ONU sur le climat à Durban (Afrique du sud), le rapport spécial du Giec constitue le travail le plus complet mené à ce jour sur les épisodes météorologiques extrêmes.

« Il est quasiment certain qu’il y aura au XXIe siècle des augmentations de la fréquence et du niveau des chaleurs extrêmes, et moins de froids extrêmes », a-t-il ajouté devant la presse. « De très fortes précipitations seront plus fréquentes dans de nombreuses régions du monde ».

Le rapport a étudié les possibilités de chaleur et de pluies extrêmes selon trois scénarios, allant d’une forte réduction des émissions de CO2 à une hausse des émissions basée sur nos modes de vie actuels.

Vagues de chaleur et pics de pluie

Jusqu’en 2050, les pluies et les chaleurs augmentent de façon similaire dans les trois scénarios.

Mais vers la fin du siècle, les trois courbes divergent considérablement, avec des vagues de chaleur et des pics de pluie beaucoup plus importants et plus fréquents dans un monde saturé de gaz à effet de serre.

Ainsi, dans le scénario d’émissions hautes, les pics de températures rencontrés actuellement tous les 20 ans se produiront tous les cinq ans d’ici 2050, et tous les ans ou tous les deux ans vers la fin du siècle.

Les extrêmes de précipitations suivront la même tendance.

Fonte des glaciers

Selon Qin Dahe, également co-président du Giec, le panel est « convaincu » que le changement climatique stimulera la fonte des glaciers, un souci majeur pour les pays d’Asie et d’Amérique du sud qui en dépendent pour leur approvisionnement en eau.

Pour d’autres événements extrêmes comme les ouragans ou les cyclones, les scientifiques sont encore incapables d’établir précisément l’impact du changement climatique, du fait du manque de données et « de la variabilité du système climatique », a indiqué M. Stocker.

Certaines études suggèrent qu’une atmosphère et une surface de la mer plus chaudes, combinées avec davantage d’humidité dans l’air, devraient aggraver les orages tropicaux.

Le document en 20 pages publié vendredi résume les conclusions d’un rapport de 800 pages, qui épluche des milliers d’articles scientifiques publiés récemment dans des revues de référence. Quelque 200 chercheurs y ont travaillé pendant trois ans et il a été approuvé cette semaine lors de la réunion des 194 pays du Giec, qui rassemble des experts et des représentants des gouvernements.

« Ce rapport lance une nouvelle alarme », a souligné Connie Hedegaard, commissaire européenne pour le climat, dans un communiqué publié à Bruxelles. « Avec tout ce que l’on sait et les arguments rationnels en faveur d’une action urgente, il est frustrant de voir que quelques gouvernements ne manifestent pas de volonté d’agir ».



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : AFP sur RTBF

Complément d’info : Le site du rapport Managing the Risks of Extreme Events and
Disasters to Advance Climate Change
Adaptation (SREX)

Photo : Sécheresse au Kénya. Source : Maxisciences

Lire aussi : Un climato-sceptique reconnait avoir eu tort

18 décembre 2019
PODCAST - Migrations et climat : sortir du scénario catastrophe
Hors les murs
18 janvier 2020
Au Sénégal, les populations se mobilisent contre un projet de port à conteneurs
Reportage
18 janvier 2020
Notre-Dame-des-Landes toujours debout contre « l’aménagement capitaliste du monde »
Reportage