Un appel à soutien pour les lémuriens aux Comores

Durée de lecture : 2 minutes

16 janvier 2013 / Camille P.


Etudiante en master en écologie, je me suis lancée le défi d’agir pour la préservation d’une espèce. Je vais donc consacrer tout mon temps, mon énergie et ma volonté pendant les 2 mois pendant lesquels je serai sur place pour mener à bien mon projet.

Il consiste à connaître l’effectif de la population de Lémuriens mongoz vivant aux Comores sur l’île de Mohéli. Cette espèce n’est présente dans le monde qu’aux Comores et à Madagascar (d’où elle est originaire). Elle est malheureusement en voie d’extinction, classée « vulnérable » par l’IUCN. Aucune étude n’a à ce jour été menée pour connaître l’effectif exact de cette population.

Les résultats de cette étude permettront d’apporter des informations précieuses aux organismes s’occupant de la protection de cette espèce.

Mon projet a également pour but de proposer des idées afin d’améliorer la sauvegarde du lémurien et de sensibiliser la population locale vis-à-vis de l’importance du lémurien sur Mohéli. Encore trop de personnes le capturent pour en faire un animal de compagnie ou comme viande à rôtir.

Je finance le trajet jusqu’à Mohéli par mes propres moyens ainsi que mes frais de logement et nourriture, je ne dispose d’aucune aide extérieure. Je vous demande votre aide pour m’aider à rassembler assez d’argent pour acheter le matériel dont j’aurais besoin sur place ; à savoir :

• Un GPS permettant de répertorier sur une carte les emplacements des familles de lémuriens.

• Un monoculaire nocturne pour mieux repérer les lémuriens (car c’est une espèce crépusculaire/nocturne).

• Une caméra nocturne qui permettrait de faire des observations sans déranger les animaux.

Ce projet me tient réellement à coeur, je fais appel à votre gentillesse et votre générosité pour m’aider à le réaliser. Merci.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Conservation des lémuriens aux Comores

Lire aussi : Disparition des espèces, le rythme s’accélère

16 novembre 2019
La Maison des peuples ouverte à Paris XXe a été évacuée par la police
18 novembre 2019
Gilets jaunes, un an : une féroce répression contre l’union des colères
16 novembre 2019
Au Brésil, la marée noire dévaste les côtes et le gouvernement ne fait rien