Un appel à soutien pour les lémuriens aux Comores

Durée de lecture : 2 minutes

16 janvier 2013 / Camille P.


Etudiante en master en écologie, je me suis lancée le défi d’agir pour la préservation d’une espèce. Je vais donc consacrer tout mon temps, mon énergie et ma volonté pendant les 2 mois pendant lesquels je serai sur place pour mener à bien mon projet.

Il consiste à connaître l’effectif de la population de Lémuriens mongoz vivant aux Comores sur l’île de Mohéli. Cette espèce n’est présente dans le monde qu’aux Comores et à Madagascar (d’où elle est originaire). Elle est malheureusement en voie d’extinction, classée « vulnérable » par l’IUCN. Aucune étude n’a à ce jour été menée pour connaître l’effectif exact de cette population.

Les résultats de cette étude permettront d’apporter des informations précieuses aux organismes s’occupant de la protection de cette espèce.

Mon projet a également pour but de proposer des idées afin d’améliorer la sauvegarde du lémurien et de sensibiliser la population locale vis-à-vis de l’importance du lémurien sur Mohéli. Encore trop de personnes le capturent pour en faire un animal de compagnie ou comme viande à rôtir.

Je finance le trajet jusqu’à Mohéli par mes propres moyens ainsi que mes frais de logement et nourriture, je ne dispose d’aucune aide extérieure. Je vous demande votre aide pour m’aider à rassembler assez d’argent pour acheter le matériel dont j’aurais besoin sur place ; à savoir :

• Un GPS permettant de répertorier sur une carte les emplacements des familles de lémuriens.

• Un monoculaire nocturne pour mieux repérer les lémuriens (car c’est une espèce crépusculaire/nocturne).

• Une caméra nocturne qui permettrait de faire des observations sans déranger les animaux.

Ce projet me tient réellement à coeur, je fais appel à votre gentillesse et votre générosité pour m’aider à le réaliser. Merci.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Conservation des lémuriens aux Comores

Lire aussi : Disparition des espèces, le rythme s’accélère

9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage
17 juillet 2019
La ratification du Ceta divise les députés, même dans la majorité
Info
7 juin 2019
Forêts publiques : l’État réfléchit au démantèlement de l’ONF
Enquête