Faire un don
60696 € récoltés
OBJECTIF : 120 000 €
51 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

AU THÉÂTRE - La crise financière en alexandrins

Durée de lecture : 1 minute

7 décembre 2018 / Luc Clémentin

Avec sa pièce « D’un retournement à l’autre », Luc Clémentin nous replonge dans la crise des subprimes de 2007, et s’attarde sur la réaction invraisemblable de l’État français qui sauva, littéralement, les banques et la machine financière. À partir d’un texte en alexandrins de Frédéric Lordon. Au théâtre jusqu’au 9 décembre.

  • Présentation du spectacle par son producteur :

À mi-chemin entre poésie et dramaturgie, D’un retournement à l’autre est une pièce de théâtre qui s’appuie sur un texte en alexandrins de l’économiste Frédéric Lordon. En moins de 1 h 30, ce spectacle nous replonge dans la crise des subprimes de 2007, et s’attarde sur la réaction invraisemblable de l’État français qui sauva, littéralement, les banques et la machine financière.

Quand j’ai appris, au détour d’un article, qu’il [Frédéric Lordon] avait eu l’audace de se lancer dans l’écriture d’un texte sur la crise financière en alexandrins, je n’ai pas été très long à me le procurer et à savourer ces quatre actes. Tout y était : les situations, les protagonistes, l’humour. En dix scènes, je retrouvais son talent de vulgarisateur hors pair : l’art de rendre les agences de notations, la dette souveraine et les mécanismes de crédit aussi simples que la recette du pot-au-feu où le génie, comme chacun ne le sait pas forcément, consiste à remplir une cocotte d’eau et à balancer tous les ingrédients dedans ! » Luc Clémentin, metteur en scène

  • D’un retournement à l’autre, mis en scène par Luc Clémentin, du 28 novembre au 9 décembre au théâtre de la Reine-Blanche, d’après un texte de Frédéric Lordon.


17 juin 2019
En Amazonie colombienne, les terres autochtones pillées par l’extractivisme
Info
17 juin 2019
Plongée dans l’univers de la 5G : merveille ou cauchemar ?
Enquête
15 juin 2019
Fatima Ouassak : « Dans les quartiers populaires, l’écologie semble réservée aux classes moyennes et supérieures blanches »
Entretien