Chama n’a plus son papa

Durée de lecture : 1 minute

3 septembre 2009 / Ligue des Droits de l’Homme

Chama a cinq ans et demi. Son père pourrait être expulsé vers l’Angola. Laissant son fils en France.


Monsieur Besson, rendez son père au petit Chama !

Chama Dieumerci Abel Gabriel a cinq ans et demi. Il devait rentrer en cours préparatoire à Saint-Denis. Il vit déjà séparé de sa maman qui ne peut s’occuper de lui. Son père, qui vit en France depuis 2002, avait demandé en 2006 la régularisation au titre de la circulaire Sarkozy. Ne l’ayant pas obtenue, il est sur le point d’être expulsé en Angola.

Aujourd’hui, la famille d’accueil de Chama n’a même pas les moyens de lui acheter des fournitures scolaires nécessaires à sa rentrée. Son cartable est vide. Son papa va être sans doute renvoyé par vos soins à des milliers de kilomètres de lui. Il est seul.

Dans deux mois, la Convention internationale des droits de l’enfant, qui protège le droit à la vie familiale et le droit à l’éducation de tous les enfants vivant en France, aura vingt ans.

Combien de petites vies allez-vous encore briser d’ici là, monsieur le ministre ? A combien de petits garçons de cinq ans offrirez-vous le « choix » entre garder leur papa et aller à l’école ?

Hier vous prétendiez ne pas connaître le cas de Chama Dieumerci. A présent vous êtes informé.

La Ligue des droits de l’Homme vous tient pour responsable du drame que vit le petit Chama, comme des milliers d’autres enfants de ce pays. Il ne vous reste que quelques heures pour retrouver le sens de l’humanité.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.ldh-france.org/Monsieur-...

Lire aussi : La police emprisonne des enfants http://www.reporterre.net/spip.php?...

21 octobre 2019
Face à l’acharnement judiciaire, le Comité Adama tisse des liens avec d’autres luttes
Info
16 octobre 2019
La carte des luttes contre les grands projets inutiles
Enquête
21 octobre 2019
Le mouvement pour le climat Alternatiba veut peser sur les municipales
Reportage