Comment parler d’écologie… et convaincre

Durée de lecture : 1 minute

20 novembre 2013 / Reporterre // Pénélope


Les alternatives, d’accord : les choux, la démocratie, la maison dans les arbres, le pain anarchiste, la bicyclette à roues douces, on est à fond pour, on aime, on milite… mais l’alternative, c’est aussi de penser, de parler, de communiquer autrement. C’est ce qu’on essaye de faire, les journalistes de Reporterre et de plein d’autres médias alternatifs. Parce que la bataille, elle est aussi sur le front de l’information.

On a plein de bonnes surprises, et on apprend jour après jour. Et hier, on est tombé sur çà. Cà ? Une bien belle et bonne et drôle bande dessinée, qui explique très bien pourquoi… mais on vous laisse la découvrir en suivant ce lien : http://www.penelope-jolicoeur.com/2013/11/prends-cinq-minutes-et-signe-copain-.html

Merci, Pénélope.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Reporterre et Pénélope Bagieu


Pour une information libre sur l’écologie, soutenez Reporterre :

9 novembre 2019
Chute du mur de Berlin : les écologistes étaient en première ligne
Info
12 novembre 2019
Paysans et défenseurs des animaux doivent s’unir contre l’industrialisation du vivant
Tribune
12 novembre 2019
Qu’est-ce qu’un nano-plastique ?
1 minute, 1 question