Contre Sarkozy, Bizi ne lâche pas l’affaire

Durée de lecture : 2 minutes

31 mars 2012 / Bizi !

"Un Président de la République qui dit « L’environnement ça commence à bien faire » quand la communauté scientifique nous prévient que nous courons vers le basculement climatique de la planète est un démagogue irresponsable et dangereux". Et Bizi va continuer à manifester, jusqu’au 6 mai, la nécessité de le renvoyer.


Le 1er Mars dernier, Bayonne montrait à Nicolas Sarkozy à quel point il n’était nullement le bienvenu en Pays Basque. Une "bronca" joyeuse et populaire, pacifique et profondément plurielle répondait à celui qui s’est fait une spécialité d’attiser la haine, la division, la désignation de boucs-émissaires parmi les plus faibles et les plus vulnérables.

Bizi ! a participé avec fierté à cette bronca et appelle à la continuer jusqu’au 6 mai. Pourquoi ?

Un Président de la République qui en arrive à dire « L’environnement ça commence à bien faire » au moment même où la communauté scientifique internationale nous prévient solennellement que nous courons tout droit vers le basculement climatique de la planète est tout simplement un démagogue complètement irresponsable et dangereux. Ce genre d’individu, prêt à sacrifier l’avenir de l’humanité à ses petits intérêts électoraux, ne doit plus avoir accés aux responsabilités.

Nicolas Sarkozy, en enterrant la taxe carbone pour faire plaisir au Medef, nous a privé d’un outil qui devait nous préparer aux bouleversements qui vont accompagner l’explosion du prix du pétrole, et en protéger les plus pauvres : en anticipant les changements avec douceur, en permettant de financer une grande politique d’isolation thermique des logements, de développement des transports collectifs et des énergies renouvelables, de transition vers une agriculture paysanne et durable.

En defiscalisant les heures supplémentaires et en augmentant l’âge de la retraite, Nicolas Sarkozy a choisi une logique absurde et odieuse : augmenter le nombre déjà énorme des chômeurs, en concentrant le travail disponible sur ceux qui en ont déjà un.

Dans le même temps, il faisait un double cadeau aux couches les plus aisées de nos sociétés. Il a endetté l’Etat en baissant les impôts des plus riches, qui ont pu ainsi prêter à ce même Etat et à des taux d’intérêts de plus en plus élevés cet argent ainsi économisé.

Bayonne lui a montré la voie : celle de la sortie ! Nous ne doutons pas que l’exemple sera suivi et que nous pourrons fêter le 6 mai le départ de Sarkozy et la victoire de Bayonne ! Et dés le 7 mai, nous saurons - de manière tout aussi déterminée - rappeler au prochain Président, quel qu’il soit, les mêmes priorités écologiques et sociales !

La campagne "Dégage Sarkozy, Milesker Baiona !" :
un rendez-vous haut en couleur chaque semaine

- tous les samedis d’avril de 11H00 à 12H30 au marché des Halles de Bayonne

- mardi 1er mai à 11H00 à Bayonne, manif festive et revendicative "Dégage Sarkozy Milesker Baiona !"

- dimanche 6 mai, pot de départ de Nicolas Sarkozy dans le Petit Bayonne : dés 18H00, suivi collectif des résultats dans plusieurs endroits du quartier puis défilé festif en musique pour fêter le départ de Sarko et la victoire de Bayonne !

(Milesker Baiona = Merci Bayonne)



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Bizi

Photo : lefigaro.fr

Lire aussi : Bizi est fière d’avoir accueilli Sarkozy avec franchise

14 septembre 2019
Algues vertes en Bretagne : 4 points pour comprendre le problème
Info
14 septembre 2019
VIDÉO - La chasse des animaux prisonniers, une pratique cruelle et sadique
Tribune
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage