Démocratie bafouée pour imposer une centrale

Durée de lecture : 2 minutes

13 juillet 2009 / Pas de centrale en Basse Automne

A Verberie (Oise), les élus imposent un projet de centrale thermique en refusant le débat.

3 minutes, c’est la durée que met une centrale électrique au gaz de Direct Energie pour rejeter 15 tonnes de CO2 dans l’atmosphère ou pour pomper 50.000 litres d’eau dans l’Oise.

3 minutes, c’est aussi le temps que le Conseil Municipal de Verberie, présidé par Patrick Floury, a consacré, le jeudi 9 juillet au soir, à la délibération sur l’autorisation d’exploiter la centrale et sur la demande de référendum.

3 minutes pour donner un avis favorable sur l’installation de la centrale et pour refuser la demande de référendum.

Aucun débat, aucune discussion, aucune remarque, juste le temps de lever timidement la main…

3 minutes au cours desquelles le conseil municipal a engagé l’avenir du cadre de vie de la commune et de ses environs pour les 30 prochaines années, sans l’ombre d’une hésitation.

3 minutes de mépris total pour toutes les personnes qui sont venues émettre un avis défavorable au cours des différentes enquêtes (97% de contre pour l’enquête ICPE et 98% de contre pour la modification du PLU)

3 minutes d’insulte à la démocratie locale

Mais, finalement, fallait-il s’attendre à autre chose ? Tout cela confirme la posture qui a toujours été celle du Conseil Municipal de Verberie : nier la réalité, refuser le débat, persévérer dans le déni de démocratie.

Combien d’entre eux ont réellement lu les dossiers de l’enquête publique ? Combien d’entre eux ont réellement essayé de comprendre les enjeux en terme de santé et de nuisances ? Combien d’entre eux sont capables de donner de véritables arguments en faveur de ce projet ?

Le Conseil Municipal de Verberie ne représente plus aujourd’hui que lui-même et n’est plus représentatif des citoyens qui ont voté pour lui.

Cette situation ne fait que renforcer notre mobilisation et notre détermination à aller jusqu’au bout de ce combat contre ce projet incohérent, dont l’écrasante majorité des gens ne veut pas.

Les citoyens de Verberie n’oublieront pas ce qui s’est passé pendant ces 3 minutes le 9 juillet 2009, et s’en souviendront le moment venu.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Communiqué de presse.

Pour en savoir plus : www.basseautomne.fr

12 novembre 2019
Paysans et défenseurs des animaux doivent s’unir contre l’industrialisation du vivant
Tribune
12 novembre 2019
Près d’Orléans, les citoyens défendent la forêt contre les bulldozers
Reportage
9 novembre 2019
L’effondrement de l’URSS et de son agriculture industrielle a été bénéfique pour le climat
Info