Des moteurs imbéciles ou des chiens sous la lune ?

Durée de lecture : 3 minutes

23 janvier 2010 / Denis Cheissoux



Les « randonneurs » à moteur veulent faire fumer la neige. Bizarre et désastreuse addiction. Mieux vaut courir avec les chiens, sous les étoiles.


Pour les habitants du plancher des vaches, c’en est fini de la Terra Incognita ! Hormis l’Antarctique, il ne reste plus aujourd’hui aux grands navigateurs terrestres que cinq ou six continents quadrillés de part en part de routes, autoroutes, radars et itinéraires GPS...

On comprend l’angoisse des chevaliers de l’ordre auto-moto-mobile, la-plus-noble conquête-de-l’homme qui, faute de sillonner librement les étendues sauvages de l’ouest américain, finissent coincés dans un bouchon ou bien derrière un camping-car sur une route de campagne...

Avec, parmi ces héros de l’ère du pétrole pas cher, une espèce particulièrement menacée : celle des conducteurs de grands chemins . D’après les comptages récents des scientifiques il en resterait à peine 400 dans les Alpes - la descendance n’est pas assurée ! Et le conducteur est inscrit sur la liste rouge des espèces menacées

Il est temps d’agir !

Une poignée d’élus et le Préfet des Hautes-Alpes se sont mobilisés pour sauver les derniers grands randonneurs à moteur. Aussitôt dit, aussitôt fait, puisque sauf recours de dernière minute, on inaugure mardi prochain à l’occasion de la « Croisière blanche » la première grande réserve naturelle d’engins motorisés... 250 km d’itinéraires enneigés dans les vallées du Champsaur et du Valgaudemar, où nos amies les bêtes, 230 véhicules à 4 roues, pourront batifoler en toute liberté. Après les frustrations de l’année dernière, où la « Croisière blanche » avait été interdite, cette année, comptez sur les randonneurs à moteur pour faire fumer la neige !

Schizophrénie des élus locaux, qui vantent la seule chose que possèdent les Hautes Alpes et qui lui rapportent plus de 80% de sa richesse, la beauté des lieux et le tourisme.

Le Valgaudemar ! ses routes de montagnes offertes aux 4-4 de la Croisière blanche massacrées après son passage ; le Champsaur ! son rallye en zone naturelle sensible, à deux pas du Parc National des Ecrins, pays des marmottes, du lagopède qui hibernent dans le silence des pots d’échappement ; venez chez nous ! ici on aime les animaux/ les chevaux surtout / quand il y en a 150 sous le capot.

L’association Moutain Wilderness a collé un référé au Tribunal de Grande Instance de Gap et la meilleure issue serait l’annulation de cette verrue pétaradante dans ce département innovant… qui fête sûrement à sa manière l’année de la biodiversité hivernale.

Quant à vous autres, amis du tétras lyre, du chamois de l’air pur et du silence, du vrai, plutôt que de la chevauchée des walkyries motorisées, rassurez-vous ! La rubrique actualité de nos montagnes, c’était aussi cette semaine la « Grande Odyssée » des Alpes du nord : 1000 km sans une goutte d’essence, parce que les chiens de traîneau, ça carbure aux croquettes et à
l’estime de soi, celle que le chien de tête perçoit dans la voix ou le regard « musher »,le conducteur de traîneau .

Ne cherchez pas la pédale d’accélérateur ni la poignée des gaz, Une meute de chiens nordiques, est-on tenté de dire, ça se pilote à la « relation humaine ».

Et pour peu qu’elle soit bonne, la meute tout entière fonce dans la poudreuse ventre à terre, à 20 km/h de moyenne... Pendant des heures nuit ou jour, on enchaîne les cols, les dénivelés, et puis pas même fatigués passée l’arrivée, on continue de sauter dans les harnais...

Ce soir c’est le bivouac. Les huskies, les malamutes, sont couchés sur la paille de la « Station polaire » installée à 2000 m d’altitude face au lac du Mont-Cenis en Haute Maurienne.

Les êtres humains dorment à côté sous la tente... Au beau milieu de la nuit, l’un d’entre eux distribue des snacks aux membres de la meute. L’homme est aux petits soins. Les chiens sont attentifs. Chacun son rôle...

Et pourtant depuis les milliers d’années que nous parcourons ensemble les grands espaces de cette petite planète, qui saurait dire lequel, du chien ou de l’homme, est la plus noble conquête de l’autre ?






Source : Courriel à Reporterre. Texte de la chronique de Denis Cheissoux dans l’émission CO2 mon amour, le 23 janvier, sur France Inter.

Infos : http://sites.radiofrance.fr/francei...

Lire aussi : Les 4x4 de nouveau à l’assaut des Alpes http://www.reporterre.net/spip.php?...

4 juillet 2020
Des villes qui suffoquent, des politiques impuissants : témoignages de citadins
Tribune
6 juillet 2020
Ne nous parlez plus de transition écologique
Tribune
6 juillet 2020
Loi de finances : Macron discourt sur l’écologie, ses députés la démolissent
Info