EPR de Flamanville : des chantiers de pylônes suspendus par une marche pacifique

Durée de lecture : 2 minutes

1er mars 2012 / Des randonneurs et randonneuses.


Une douzaine de personnes se sont retrouvés le 29 février à Cerisy, dans
la Manche, pour une « randonnée sous les pylônes ».

Celle-ci s’est déroulée sur la commune voisine de Cametours où les
randonneurs et randonneuses ont tout d’abord visité un dépôt où est
entreposé du matériel destiné à la construction de la ligne et plus
particulièrement des pylônes.

Le petit groupe accompagné d’une vingtaine de gendarmes (dont un véhicule tout terrain) a ensuite rejoint les chantiers des pylônes 136, 137 et 138.

La surprise étant de voir, à leur arrivée, les ouvriers décamper dans la
précipitation avec armes et bagages, en l’occurence des rouleaux de
géotextile utilisé pour la mise en place des accès au chantier.
Bref, des chantiers qui ont été arrêtés sans même avoir besoin de les
bloquer.

Tout cela sous l’oeil amusé de quelques journalistes auxquels fut
distribué le texte suivant :

"Ici git un chantier illégal où les pylônes sont montés à vitesse forcée
alors que l’EPR de Flamanville n’est pas opérant et ne le sera pas avant
des années. Des vigiles sur les lieux, des rondes de gendarmerie pour
protéger des intérêts privés : un bel exemple des politiques énergétiques
actuelles.

Nous nous élevons contre ce projet car il est néfaste pour la santé des
habitants : c’est indéniable ! Mais, surtout, nous nous insurgeons contre
ce chantier qui est le symbole de l’incurie de l’Etat dans la gestion de
la production énergétique du pays. Nos dirigeants entendent mieux la voix
de certains intérêts privés que celle du peuple.

Nous clamons notre droit à être acteurs de nos vies, de nos projets de
société et de la gestion de la production énergétiques. Nous luttons
localement contre un problème global.

Nous ne voulons pas de cette ligne, notre contestation ne pourra être
étouffée. Nous crions juste de plus en plus fort, de plus en plus
nombreux, jusqu’à être repris au sérieux."

Prochains RDV sur le terrain le dimanche 11 mars 2012

Mais aussi du 5 au 13 mars lors des enquêtes publiques destinées à
octroyer à RTE l’autorisation de contourner le refus des riverains de
signer les conventions de passage et de servitudes :
http://percysoustension.pagesperso-...

Aussi, le 3 mars 2012, une projection suivi d’un repas à prix libre et
d’un débat aura lieu au FJT de Coutances. Il s’agit du documentaire sur
l’occupation de la forêt à l’emplacement d’un pylône lors d’un lutte
similaire en Catalogne.
http://valognesstopcastor.noblogs.o...



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courriel à Reporterre.

Lire aussi : Ligne THT de l’EPR : les Randonneurs perturbent les travaux

21 septembre 2019
Le mouvement pour le climat mise gros sur la désobéissance civile
Enquête
21 septembre 2019
Avec le sommet de l’ONU sur le climat, Antonio Guterres veut secouer les États
Info
23 septembre 2019
Perturber l’aviation, une « escalade dans la radicalité » théorisée par les activistes anglais
Tribune