Etalement urbain : encore un projet débile, c’est à Pézenas

Durée de lecture : 2 minutes

18 septembre 2012 / Bien vivre à Pézenas



90 000 m2 de zone commerciale veulent manger trente hectares de terres agricoles : c’est à Pézenas, où l’étalement urbain se poursuit comme partout. Les citoyens se mobilisent. Lors de la conférence environnementale du 14 et 15 septembre, la ministre Cécile Duflot a pourtant annoncé un « objectif de zéro artificialisation des sols » en 2025. Quand commence-t-on ?


L’association Bien vivre à Pézenas poursuit sa mobilisation contre le projet de zone commerciale dit des Jardins de Bonneterre.

Le 9 mai 2012, notre association, en compagnie de sept propriétaires de parcelles situées sur le site de Bonneterre ou voisins de celui-ci, assignait via huissier la mairie de Pézenas, lui demandant l’abrogation de la délibération du conseil municipal de Pézenas en date du 17 décembre 2009 portant approbation de la révision simplifiée du Plan d’occupation des sols (POS) valant Plan local d’urbanisme portant création d’une zone IV Na à vocation commerciale aux lieux dits Saint-Martin- Bonneterre.

Nous soulignions le non-respect de la procédure en matière d’information avant et après la délibération, le refus de tenir compte de l’appartenance du site à une zone viticole AOC ainsi que l’existence d’une « erreur manifeste d’appréciation sur les besoins en commerce de la commune », le rapport de présentation justifiant, sans éléments concrets, la révision simplifiée du POS par « l’insuffisance notoire dans l’offre commerciale et de services sur le territoire de Pézenas ». La mairie n’ayant pas obtempéré dans les deux mois, notre association a donc saisi, le 4 septembre 2012, le tribunal administratif d’une requête en annulation.

Outre la pétition contre le projet des Jardins de Bonneterre, qui vient de dépasser les 5 400 signatures, toutes certifiées par huissier, notre association organise, dimanche 23 septembre 2012, un rassemblement citoyen contre le projet des Jardins de Bonneterre, en particulier, et contre l’accaparement des terres agricoles, en général, à l’occasion du passage à Pézenas de la marche pour le droit à la terre qui reliera Montpellier à Carcassonne entre les 22 et 29 septembre.

Nous donnons donc rendez-vous à tous les citoyens mobilisés à nous rejoindre sur la place Gambetta à 16h30. Nous marcherons alors symboliquement dans les rues de Pézenas et poursuivrons la soirée, à l’Illustre Théâtre, par un débat en présence du journaliste Olivier Razemon, coauteur du livre La tentation du bitume. Où s’arrêtera l’étalement urbain ?, ainsi que par un repas collectif que nous offrirons aux participants.






Source : Communiqué de Bien vivre à Pézenas

Photo : Distripédie

Lire aussi : On peut réparer l’étalement urbain

28 septembre 2020
À l’île Maurice, rébellion et autogestion contre la marée noire
Tribune
23 septembre 2020
La réforme de la recherche « ne nous incite pas à prendre soin du monde dans lequel on vit »
Entretien
26 septembre 2020
La France lance un chalutier géant « fossoyeur des mers »
Reportage