Exposition - « Nous ne sommes pas en voyage », à Paris

Durée de lecture : 3 minutes


Le jeudi
9
juillet




Nous les avons rencontrés pendant le confinement, alors qu’ils cherchaient un endroit où dormir et se reposer, dans un Paris désert où la majorité des accueils de jour étaient fermés. Nous avons fait avec eux les démarches de recherche d’hébergement, évoqué leur histoire et leur quotidien. En l’absence de réponse du système de mise à l’abri, nous les avons vus revenir tous les jours pour se doucher, prendre un repas, rencontrer un travailleur social, trouver de l’aide et du réconfort dans cette période de crise sanitaire.

Nous sommes rarement parvenus à améliorer leur situation ; la plupart d’entre eux vivent encore à la rue. Mais nous avons appris à mieux les connaître, et au travers de ces portraits, nous vous invitons à les rencontrer. Le terme “sans-abri” invisibilise des milliers de personnes aux parcours variés (sans-papiers, français, demandeurs d’asile, jeunes en errance, SDF de longue date…). Nous avons voulu partager la richesse de leurs personnalités et leur perception du système qui contribue à les exclure. « Nous ne sommes pas en voyage », nous a dit l’un d’entre eux, et il est grand temps que les pouvoirs publics s’en rendent compte.

L’accueil de jour et les carences du système d’hébergement pendant la crise sanitaire
L’accueil de jour des Grands Voisins, géré par l’association Aurore et initialement dédié aux demandeurs d’asile et réfugiés, est ouvert à tous les hommes isolés en situation de précarité depuis le début de la crise sanitaire, pour compenser la fermeture de nombreux services sociaux et accueils de jour parisiens. Ces hommes sans abri peuvent ainsi accéder à des services de buanderie, douche, restauration ainsi qu’à un suivi social.

Au début de la crise sanitaire, les pouvoirs publics ont annoncé des opérations exceptionnelles de mise à l’abri. L’accueil de jour a donc enregistré les demandes d’hébergement des usagers, allant jusqu’à 166 demandes entre le 26 mars et le 10 mai auprès du SIAO (Service Intégré d’Accueil et d’Orientation, qui gère l’hébergement d’urgence en Ile-de-France). Pourtant, seules 5 de ces demandes ont pu aboutir, laissant toutes les autres sans solution. Face à l’absence de réponse du système dédié, les équipes de l’accueil de jour ont ensuite cessé d’enregistrer les demandes d’hébergement, pour éviter de créer frustration et détresse pour les personnes sans abri.

Aujourd’hui, on estime qu’il reste près de 3600 personnes isolées dans les rues parisiennes. Parmi les personnes qui ont pu être hébergées, beaucoup ont déjà été remises à la rue, et la tendance s’amplifie même si nous sommes encore en période de trêve hivernale (jusqu’au 10 juillet 2020).

Le système d’hébergement est saturé depuis des années. Cette crise sanitaire met en exergue le manque de places d’hébergement et d’accompagnement vers le logement, qui abandonne les personnes déjà exclues et marginalisées à la rue, aggravant ainsi leur vulnérabilité physique et psychologique. La vie à la rue a des impacts forts et parfois irréversibles ; plus elle se prolonge, moins les personnes ont la capacité de s’en sortir.

Ces trajectoires sont individuelles, mais s’inscrivent dans le même système créé par une volonté politique qui renforce l’exclusion au lieu de la prendre véritablement en charge par des solutions concrètes.

Avec cette série de portraits, nous avons voulu dénoncer ce système à l’origine des situations d’exclusion. Ils ont tous été réalisés pendant le confinement par Michaël Mosset, photographe et travailleur social pour l’association Aurore, avec une Afghan box, un appareil de photographe de rue. Travailler à l’Afghan box n’est pas anodin, ici il n’est pas question de photographier caché ou à la volée, la technique requiert un échange, un partage.

Ces personnes sont toutes accueillies régulièrement à l’accueil de jour ou à la distribution alimentaire des Grands Voisins, et ont accepté librement de témoigner.





Lire aussi : https://bit.ly/nousnesommespasenvoyage

● OÙ ? Sur la façade des Grands Voisins au 72 Avenue Denfert-Rochereau, Paris 14
QUAND ? Vernissage le jeudi 9 juillet à 18h
COMBIEN ? Entrée libre et gratuite
DURÉE DE L’EXPOSITION ? Du 9 juillet au samedi 15 août

↝ Les Grands Voisins : c’est l’occupation temporaire de l’ancien hôpital Saint-Vincent-de-Paul depuis 2015 jusqu’à l’été 2020. Cet espace partagé à vocation sociale, culturelle et artistique, cohabite avec le chantier du futur quartier qui verra le jour en 2023.

23 septembre 2020
La réforme de la recherche « ne nous incite pas à prendre soin du monde dans lequel on vit »
Entretien
21 octobre 2020
Au prétexte du Covid, toujours plus de jetable et de gâchis à l’hôpital
Enquête
21 octobre 2020
Benoît Biteau : « La PAC va continuer à provoquer des désastres sociaux et écologiques »
Entretien