Jean-Marc Ayrault a signé une pétition pour sauver les zones humides

Durée de lecture : 1 minute

19 décembre 2012 / Hervé Kempf (Reporterre)

Le Premier ministre est un ardent défenseur des zones humides. Il a signé une pétition dénonçant leur destruction en Loire-Atlantique.


On médit beaucoup sur Jean-Marc Ayrault. Le premier ministre est en fait un ardent défenseur des zones humides. Dès 1996, il a pris position contre la destruction des zones humides que projetait alors EDF pour réaliser la centrale nucléaire du Carnet, en Loire-Altantique.

Celui qui était alors maire de Nantes avait signé une pétition lors de l’« Enquête publique pour autorisation de remblaiements de zones humides au Carnet ». M. Ayrault avait apposé sa signature au document qui expliquait : « EDF utilise une dernière supercherie : dissocier les remblaiements de zones humides de la programmation d’une centrale nucléaire ».

Il n’était pas seul : Jacques Auxiette, qui est aujourd’hui président du Conseil régional des Pays de la Loire, Patrick Rimbert, maire de Nantes, et Patrick Mareschal, président du Conseil général de Loire-Atlantique, ont aussi signé cette pétition, que nous publions ci-dessous.

Voici le PDF du document :

Aussi signée par Rimbert et Mareschal :

Voici le PDF du document :

La prise de position de ces élus reste plus nécessaire que jamais. Comme vient de l’expliquer le Commissariat général au développement durable, dans sa revue publiée en octobre 2012 (L’évolution des zones humides entre 2000 et 2010, la situation de ce type d’écosystèmes en France se dégrade.

Personne ne peut douter que M. Ayrault et ses amis signeront à nouveau une pétition qui expliquerait : « Vinci utilise une dernière supercherie : faire croire que l’on peut compenser la destruction des zones humides à Notre Dame des Landes »



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Reporterre à partir des documents dénichés et envoyés par l’excellente Lettre à Lulu

Lire aussi : Les zones humides ont été réduites de moitié en un siècle



Documents disponibles

  Sans titre   Sans titre
6 juillet 2019
Reporterre sur Radio Suisse : Amazon, ça suffit
Hors les murs
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative
27 juillet 2019
Les rendez-vous festifs, écolos et militants du mois d’août
Info




Du même auteur       Hervé Kempf (Reporterre)