L’aéroport de Tours est largement subventionné

Durée de lecture : 1 minute

22 décembre 2012 / Christophe Gendry (La Nouvelle République)


Cet article a été originellement publié le 16 décembre

La question du soutien des collectivités locales à l’aéroport de Tours n’en finit pas de diviser la gauche.

Vendredi 14 décembre, lors du vote du budget du conseil général, l’ancienne présidente Claude Roiron (PS), la communiste Martine Belnoue et l’écologiste Christophe Boulanger ont tous critiqué la quote-part versée par le département dans l’affaire (1 M€).

L’histoire pourrait se répéter, au conseil communautaire de Tours Plus cette fois, car l’agglo est un autre bailleur de fonds important de la structure aéroportuaire, au travers de la délégation de service public accordée à la SNC Lavallin.

Son apport frôlera également le million d’euros. Si l’on ajoute un autre million apporté par la région Centre, c’est au total 3M€ d’argent public qui seront injectés l’an prochain dans l’aéroport de Tours.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : La Nouvelle République.fr

Lire aussi : Chic, un nouvel aéroport, plein de fric en l’air

9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage
29 juillet 2019
L’été, au loin
La vie de Reporterre
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir