L’écologie, le PS s’en fout

Durée de lecture : 1 minute

30 octobre 2012 / Rue 89

Salle vide au congrès du PS, à Toulouse, pour la session consacrée à l’écologie...


Pas facile pour Laurence Rossignol, secrétaire nationale du Parti socialiste chargée de l’environnement, de sensibiliser les participants au congrès du PS à Toulouse aux urgences écologiques qui viennent. Etant la première à discourir dès 9h30 du matin, c’est devant un auditoire très clairsemé qu’elle a pris la parole :

« Chrrs amis, chers camarades, bonjour... J’aime ces moments d’intimité, de première intervention de la journée... il y a la dernière qui est pas mal aussi... Nous allons donc appliquer l’adage qui dit que le monde, donc la planète, sa préservation, appartiennent à ceux qui se lèvent tôt, donc à nous. »

Mais on sent bien que le coeur n’y est pas, d’ailleurs, une minute et demi après avoir commencé, la sénatrice de l’Oise doit réprimander son maigre public :

« Parler devant une salle vide est plaisant parce qu’on se parle droit dans les yeux. Mais parler devant une salle vide qui fait autant de bruit qu’une salle pleine, c’est assez troublant. »



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Rue 89

Ecouter aussi : Laurence Rossignol, pourquoi s’occuper d’environnement est-il à la fois passionnant et décourageant ?

27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative




Du même auteur       Rue 89