35 %
Objectif 30 000 €

L’entraide pour lutter contre les ravages de la mondialisation

24 octobre 2016 / Nadine Jurdeczka, Michèle Sevrette, Emmanuel Defouloy



  • Présentation du livre par son éditeur :

Leur licenciement, au tournant du millénaire, elles l’ont reçu comme un coup de poing. Assommées. Écœurées. Meurtries. Elles ont alors répondu par les mots. Pendant dix ans, elles ont écrit leurs vies. Avant, les corons et l’usine. Après, l’angoisse des fins de mois et les intérims de nuit, sans jamais retrouver de CDI. Et surtout leur entraide, décisive, pour affronter cette précarité.

Comme celle de tant d’ouvrières et d’ouvriers, leur multinationale a été délocalisé. Et cette plongée dans la mondialisation, incarnée depuis une petite ville du nord de la France, acquiert une portée universelle. Elle permet de faire le lien entre l’enrichissement de quelques uns et la misère de beaucoup. Au moment où l’Union européenne négocie de nouvelles relations commerciales avec la Chine et les États-Unis qui risquent encore d’accentuer les inégalités en détruisant les dernières protections européennes…

Et si revivifier la démocratie et reconquérir l’égalité, cela passait par un rêve citoyen : sortir de l’entre-soi et opter pour l’entraide entre les classes populaires et les catégories plus aisées ?

Emmanuel Defouloy, journaliste à l’AFP, a travaillé sur l’Europe, l’économie et l’éducation. Nadine Jurdeczka et Michèle Sevrette, ouvrières de la région lensoise, ont travaillé dans la confection et la sous-traitance automobile.


- L’entraide. Deux ouvrières dans le piège du libre échange, par Nadine Jurdeczka, Michèle Sevrette, Emmanuel Defouloy, Riveneuve éditions, 320 p., 18 €.

Source : Riveneuve éditions




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Le traité Ceta avec le Canada menace l’agriculture et l’environnement
6 décembre 2016
La régression accélérée du droit de l’environnement
À découvrir
8 décembre 2016
Dans le nucléaire, la transparence est un combat
Enquête
8 décembre 2016
Danakil : « Nuit debout n’existe peut-être plus, mais ses causes et le mal-être subsistent »
Entretien


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre