Faire un don
24533 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
31 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

L’« homme moral » ou la fin de l’humanité

Durée de lecture : 1 minute

24 novembre 2018 / Aymeric Caron

Dans « Vivant », Aymeric Caron retrace l’histoire de la vie sur Terre, depuis les premières bactéries apparues il y a près de 4 milliards d’années jusqu’à l’émergence de l’intelligence artificielle.

  • Présentation du livre par son éditeur :

Tandis qu’Homo sapiens a entrepris de détruire tout ce qui vit sur cette planète, la défense du vivant s’impose en ce début de XXIe siècle comme la priorité politique et philosophique absolue. Mais pour respecter le vivant, il faut d’abord le comprendre.

Comment classer les différentes formes de vie ? Pourquoi la conscience existe-t-elle ? Les plantes éprouvent-elles la souffrance ? Et les poissons ? Qui sont les viandales ? Les bouchers sont-ils des assassins ? Pourquoi faut-il parler de génocide animal ? Existe-t-il des formes de vie que l’on peut combattre ou sacrifier ? Pourquoi la nature bonne est-elle une illusion ? Qu’est-ce que l’existence pour un humain ? Comment s’assurer d’avoir été vivant avant de mourir ? Notre court passage sur cette planète peut-il avoir un sens ?

En convoquant la biologie et la philosophie, Vivant retrace l’histoire de la vie sur Terre, depuis les premières bactéries apparues il y a près de 4 milliards d’années jusqu’à l’émergence de l’intelligence artificielle. En prolongeant une prophétie de Darwin, ce livre annonce la naissance d’une nouvelle espèce humaine qui remplacera la nôtre : Homo ethicus, l’homme moral. Ce sera lui, ou la fin de l’humanité.


  • Vivant. De la bactérie à Homo ethicus, d’Aymeric Caron, éditions Flammarion, novembre 2018, 272 p., 19,90 €.

6 décembre 2019
Géo-ingénierie : « La Terre est une bête incontrôlable. Vouloir la mettre en laisse, c’est chercher des ennuis »
Entretien
6 décembre 2019
De la Maison du peuple à l’hôpital, une journée de mobilisation à Saint-Nazaire
Reportage
28 novembre 2019
Le climatoscepticisme reste présent dans la classe politique
Enquête




Du même auteur       Aymeric Caron