La Bolivie va attaquer la décision de Cancun en justice

Durée de lecture : 1 minute

16 décembre 2010 / AFP

Le recours sera déposé devant la Cour internationale de justice de La Haye.


Le président bolivien Evo Morales a confirmé que son pays allait déposer un recours devant la Cour internationale de justice de La Haye contre l’accord de la conférence sur le climat de Cancun, faisant valoir que son approbation sans consensus est contraire aux règles internationales.

« Ce sera une autre bataille à caractère international et nous demandons seulement aux peuples du monde d’accompagner ce combat, un combat pour la justice dans le changement climatique », a déclaré lundi 13 décembre le premier président amérindien de l’histoire de la Bolivie, au cours d’une conférence de de presse.

M. Morales a rappelé que les règles de la Convention cadre des Nations unies sur le climat (CCNUCC) établissait que toutes les décisions devaient être prises par consensus des 194 pays membres.

Une écrasante majorité des pays rassemblés à Cancun (Mexique) ont adopté samedi une série de mécanismes pour lutter contre le changement climatique, un accord accueilli par une ovation qui tourne la page de l’immense déception de Copenhague, il y a un an.

La Bolivie a été la seule voix discordante.

Le pays andin considère que l’accord ne va pas assez loin et regrette que les conclusions de la « conférence des peuples sur le climat » organisée sur son sol en avril avec des intellectuels et des représentants de la société civile, n’aient pas été prises en compte.

M. Morales estime que les propositions de sa délégation ont été ignorées à Cancun, notamment celles concernant la création d’un tribunal international pour sanctionner les infractions aux accords climatiques.

Les représentants de la Bolivie avaient annoncé samedi que leur pays avait l’intention d’introduire un recours contre l’accord de Cancun.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.romandie.com/infos/news2...

Lire aussi : Accord sur le climat à Cancun http://www.reporterre.net/spip.php?...

16 juillet 2019
Disparition de Steve : l’inertie des autorités comme seule réponse
Info
7 juin 2019
Forêts publiques : l’État réfléchit au démantèlement de l’ONF
Enquête
9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage