La résistance européenne aux LGV s’organise

Durée de lecture : 1 minute

27 novembre 2010 / par villalard

Les Lignes à grande vitesse (LGV) font partie des « grands projets inutiles ». Dans divers pays, la résistance s’organise, demandant plutôt la rénovation du système ferroviaire existant. Journée d’action le 11 décembre.


Nous, citoyens et citoyennes, associations et mouvements signataires de la Charte d’Hendaye - Déclaration commune du 23 janvier 2010, appelons d’un commun accord à faire du 11 décembre 2010 une journée de résistance coordonnée dans différentes régions d’Europe autour du thème du transport ferroviaire.

Depuis quelque temps nous lançons des alertes pour signaler les conséquences négatives et irréversibles de la construction de nouvelles lignes ferroviaires dédiées aux trains à grande vitesse et à l’autoroute ferroviaire, de la privatisation de la gestion et de l’augmentation de la dette publique par des projets pharaoniques.

Nous croyons que l’union de notre lutte à celles d’autres résistances citoyennes autour du thème des Grands Projets Inutiles, que comprend bien évidemment les LGV, est inévitable et bienvenue.

Pour cette raison nous invitons les citoyennes et le citoyens, les associations et les mouvements qui luttent contre des projets démesurés et inutiles dans toute l’Europe à nous rejoindre le 11 décembre.

OUI à la modernisation du réseau ferroviaire existant

NON au gaspillage dans les LGV



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Communiqué de presse.

Infos et contact : http://www.11-12-2010.eu/Home

Lire aussi : En Rhône-Alpes, les TGV nuisent aux trains régionaux http://www.reporterre.net/spip.php?...

16 septembre 2019
Le capitalisme nous conduit au désastre
Tribune
9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage
16 septembre 2019
La réforme Blanquer à l’assaut des langues régionales
Info


Du même auteur       villalard