Faire un don
54957 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
69 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Lasagne au cheval : le suspect est un anti-écolo militant

Durée de lecture : 3 minutes

16 février 2013 / Remi Rivière (Reporterre)

Barthelemy Aguerre, président de la société Spanghero impliquée dans le trafic de viande de cheval, sévit de longue date dans le Pays basque : partisan des OGM, d’une nouvelle deux fois deux voies, patron de choc, opposé à la chambre autonome d’agriculture...


Ainsi donc, le ministre Benoit Hamon se serait montré « très léger » et même "extrêmement imprudent" en pointant la responsabilité de la société Spanghero dans le scandale de la viande de cheval qui se fait passer pour du boeuf.

C’est en tout cas l’avis de l’intéressé, un certain Barthélémy Aguerre, président de l’entreprise, qui veut bien cependant consentir une « négligence ». Mais Barthélémy Aguerre est un franc du collier, maire et conseiller général Modem, qui a toujours clamé ses intentions en barrant la route aux défenseurs de l’environnement, aux promoteurs d’une agriculture paysanne et aux syndicats. Qu’il déclare innocemment qu’il ne faisait que réexpédier de la viande venue de Roumanie, alors même qu’il est vice-président de la coopérative agricole Lur Berri de Saint-Palais, en dit long sur ses principes et précautions. Au mieux, son rôle d’intermédiaire est irresponsable. Au pire, il ruine ceux qu’il prétend défendre, la coopérative Lur Berri qui a pris le contrôle de Spanghero en 2009. Surtout en définissant, en devanture de web, ce « projet coopératif centré sur les valeurs humaines », cherchant « à valoriser les atouts de son terroir et le savoir faire reconnu des 5 000 agriculteurs qui adhèrent à ces valeurs ».

Droit dans ses bottes, Barthélémy Aguerre a pourtant déjà été au cœur d’un scandale de viande, avariée cette fois. En 2008, la coopérative Arcadie, également filiale de Lur Berri et présidée par le même Aguerre, a été mise en examen pour « tromperie sur les qualités substantielles et sur l’origine d’un produit, tromperies aggravées sur les risques pour la santé humaine » et « mise en vente de denrées corrompues ».

Une logique industrielle qui a fait bondir le chiffre d’affaire de la coopérative de 85% en un an, sans pour autant calmer les salariés de Lur Berri qui dénoncent régulièrement des salaires planchers, une politique sociale « déplorable », des primes retirées, des heures supplémentaires non payées.

Mais au chapitre des contestations, Barthélémy Aguerre a l’habitude d’encaisser. Il s’est également distingué il y a quelques années, comme Conseiller général délégué au transport, pour avoir été le promoteur d’une 2X2 voies qui devait traverser le Pays Basque intérieur contre l’avis des habitants et des défenseurs de l’environnement. Projet qui fut finalement sagement enterré. De même que l’extension controversée d’une porcherie industrielle, qu’il appelait de toute son influence, et dont l’autorisation préfectorale de 2004 fut finalement annulée en 2007 par décision de justice.

Le modèle agricole de Barthélémy Aguerre reste très éloigné du modèle défendu au Pays Basque, majoritairement proche du syndicat ELB et de la Confédération paysanne. Barthélémy Aguerre fut d’ailleurs l’un des rares maires basques à contester, il y a près de 10 ans, la création d’une chambre d’agriculture alternative du Pays Basque défendant une agriculture paysanne et durable. Structure qui a aujourd’hui dûment fait ses preuves.

Mais ce fils d’agriculteur est resté dans le collimateur des paysans basques, notamment de ceux qui ont dû occuper, en 2007, les locaux de Lur Berri jusqu’à ce que la coopérative renonce à commercialiser des semences OGM de maïs. Au grand soulagement de trois mille producteurs AOC de la région. Le principe de précaution qui se heurte, en somme, à des principes industriels arrogants, loués crânement par petites phrases pour moquer ceux « qui n’ont pas la logique entrepreneuriale ». Sans précautions.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Remi Rivière pour Reporterre

Photo :
-Spanghero : theguardian
-portrait de M. Aguerre : nouvelobs.com

Lire aussi : Traçabilité ? Laissez-nous hennir !

13 décembre 2019
EN BÉDÉ- Une journée à la rédaction de Reporterre
Édito
14 décembre 2019
Un Noël emballant, avec Pakékado, maître en furoshiki
Chronique
13 décembre 2019
La Chine, une inquiétude pour le climat mondial
Info




Du même auteur       Remi Rivière (Reporterre)