Le 1e mai, on a pris son temps

Durée de lecture : 2 minutes

5 mai 2010 / Objecteurs de croissance du Havre

Manifestation très paisible le 1e mai dernier, au Havre, pour demander, non pas la retraite, mais du temps libre toute la vie.


Le 1er mai, l’Escargot de la Décroissance a tenu parole !

Les Objecteurs de Croissance du Havre ont participé à la manifestation du 1er mai à leur manière : en questionnant la centralité du travail dans nos sociétés. Ils osent crier :

Nous ne sommes pas des forçats du travail !

Ils se sont installés à une table de camping place Thiers. Et ils ont attendu le passage du cortège. Ainsi ils ont pu se mettre à la disposition des citoyens pour échanger à propos du travail, des salaires, de la retraite.

Voici quelques revendications que pourrait soutenir le ChOC :

- Les objecteurs de croissance ne veulent pas d’augmentations de salaires mais une Dotation Inconditionnelle d’Autonomie pour tous.

- Les objecteurs de croissance ne veulent pas d’une retraite mais du temps libre toute la vie .

- Les objecteurs de croissance ne veulent pas d’un emploi mais d’un métier.

Le ChOC souhaite s’associer à la peine des 2 journalistes qui, faute de temps, n’ont pas pu prendre un café ou un croissant et encore moins se renseigner sur la présence du ChOC à cet endroit. La société hypercapitaliste leur autorise un travail : photographier le cortège mais leur interdit d’exercer leur métier c’est-à-dire d’être curieux.

A noter, qu’à Rouen, la même type d’action a eu lieu. Ils étaient deux fois moins nombreux qu’au Havre, mais comme ils ont eu l’idée de se poster au début... puis à la fin du parcours, nous sommes ex-aequo (voir ci-dessous).

La Décroissance c’est aussi prendre le temps.

Témoignage Rouennais

Nous étions 4 personnes, 2 fixes et 2 qui suivaient le cortège. Nous avions 5 panneaux format A3 au bout d’un manche , 3 escargots « Haute Normandie décroissance », et 2 avec slogan « une croissance infinie dans un monde fini est une absurdité » et « Décroissance choisie ou récession subie ».

Isabelle et Philippe, les 2 « fixes » se sont posté à 400 m du départ et à 1Km de l’arrivée. Sans table ni chaise, nous étions assis sur le trottoir au départ, et sur un banc au 2e passage. Notre banc sur la fin du parcours était beaucoup plus visible. Nous avons été pris en photo 6 à 7 fois. Nous avons eu 2 remarques-insultes : « vous êtes des clowns » , « vous voulez le retour à la bougie ». Nous avons eu 1 demande d’info sur un site, et avons retrouvé une personne qui été à la réunion de Rouen du 23 janvier.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://decroissance.lehavre.free.fr... avec des photos.

Lire aussi : Pour un Premier Mai écologique http://www.reporterre.net/spip.php?...

14 septembre 2019
VIDÉO - La chasse des animaux prisonniers, une pratique cruelle et sadique
Tribune
13 septembre 2019
La Nuit des ours, un moment de grâce et de frissons
Chronique
14 septembre 2019
Véganes et paysans (presque) unis contre l’élevage industriel
Enquête