Le Collectif Euro Maghrébin anti-gaz de schiste dénonce les accords entre les gouvernements français et algérien

22 décembre 2012 / Dr MOUSSA Kacem


A messieurs et dames responsables et
Député(e)s d’Europe Ecologie les Verts, responsables des partis et ONG écologiques de tous les pays d’Europe et du Maghreb,
à nos cher(e)s concitoyen(nes) membres ou non membres des partis politiques et des associations écologiques.

En tant que membres actifs du collectif euromaghrébin anti-gaz de schiste (Cemagas), nous venons d’apprendre aujourd’hui par le biais de certaines sources d’information (le journal Le Point français) que les gouvernements algérien et français vont signer prochainement un accord pour l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste en Algérie.

Notre réaction est claire et nette, nous sommes tout à fait contre cette activité de quelque type que ce soit, exploration ou exploitation, c’est toujours désastreux pour la nature, pour les écosystèmes et pour la santé des populations sahariennes ou non sahariennes, car les effets de contamination touchent tout le monde.

Nous devons noter, cher(e)s dames et messieurs, que depuis le mois de juin 2012, nous avons écrit des pétitions et articles de presse, animé des conférences et réalisé des vidéos, mené campagne dans les réseaux sociaux (facebook, twiter, etc.) et ce entre algériens d’abord, ensuite entre maghrébins, et enfin entre maghrébins et européens (Basta gaz, Attac, EELV).

Le résultat, de l’aveu des grandes ONG comme celles de WWF et HBS qui nous avaient réunis lors de la rencontre du 23, 24, 25 et 26 novembre 2012 à Rabat, nous avons réussi à bien sensibiliser les sociétés civiles de tout le Maghreb.

Cher(e)s ami(e)s, cher(e)s responsables, cher(e)s militant(e)s, nous sommes maintenant au point de non retour, nous développons donc efforts, actions et engagements afin de faire reculer les projets de cette ampleur qui ne cessent de détruire écosystèmes sahariens et santés des populations.

Pour tout cela, nous devons vous demander aide et soutien, et ce au non du principe de solidarité tel que vous l’avez développé un peu partout, non au gaz de schiste ici et ailleurs.

Pour le collectif euromaghrébin anti-gaz de schiste
Le coordinateur
Dr MOUSSA Kacem
Maître de Conférences à
l’université d’Oran (Algérie)
Expert en Environnement
Expert en mines et carrières



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courriel à Reporterre

Photo : Cemagas

Complément d’information : Delphine Batho, la ministre de l’écologie, a démenti l’accord entre la France et l’Algérie sur le gaz de schiste, contredisant le ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius.

Lire aussi : La France refuse le gaz de schiste sur son sol, mais veut le développer en Algérie



25 mai 2019
Radio Bambou : Le talent des jardiniers pour associer les plantes
Chronique
24 mai 2019
Radical et non violent, Extinction Rebellion secoue la politique britannique
Info
25 mai 2019
François Gemenne : « Le problème n’est pas tant le capitalisme que le court-termisme »
Entretien