Le chantier de l’EPR de Flamanville est de nouveau à l’arrêt

Durée de lecture : 2 minutes

2 mars 2012 / AFP


EDF a interrompu le bétonnage du bâtiment réacteur sur le chantier de l’EPR de Flamanville, dans la Manche. En cause : des défauts dont l’ampleur et la gravité sont en cours d’examen, a-t-on appris jeudi 1 mars auprès du groupe et du gendarme du nucléaire.

L’électricien a détecté « des défauts » sur les « consoles » ou supports métalliques internes à l’enceinte et destinés à soutenir le futur pont de manutention du réacteur, poursuit le géant français de l’énergie dans le communiqué publié sur son site. Des premiers défauts ont d’abord été détectés sur « deux ou trois » boîtes sur leur lieu de fabrication, selon l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), qui n’a pu préciser le nom du fabricant. Puis des contrôles complémentaires d’EDF à Flamanville ont montré qu’un plus grand nombre des 46 « consoles » étaient concernées, selon l’ASN.

Le coût de ce réacteur lancé pour être une vitrine à l’exportation a quasi doublé, à 6 milliards euros contre 3,3 milliards en 2005. Il a été en 2011 au cœur de désaccords entre le PS et Europe Ecologie-Les Verts, ces derniers exigeant une suspension du chantier que François Hollande n’estime pas opportune.

PLUSIEURS PRÉCÉDENTS

EDF a suspendu le bétonnage de sa propre initiative, a précisé le gendarme du nucléaire, qui a déjà demandé à deux reprises sa suspension depuis le début du chantier en 2007. EDF a annoncé deux fois un report de la mise en service de l’EPR à Flamanville qui a pris un retard de quatre années.

Les défauts révélés jeudi ont des précédents. Au mois d’août 2011 déjà, Le Canard enchaîné avait révélé l’existence de malfaçons qui pouvaient « porter préjudice à la qualité finale des structures » du réacteur nucléaire. Une semaine auparavant, l’ASN avait indiqué avoir constaté des « écarts » et des « faiblesses » lors d’une inspection du site et demandé à EDF de « faire des efforts importants pour démontrer la qualité de la construction ». En 2008 encore, des « fissures dans le ’radier’ » avaient été découvertes, rappelait le Canard.

« Les activités du chantier se poursuivent. Le calendrier prévoit la production des premiers kilowattheures en 2016. Seul le bétonnage de l’avant-dernier niveau de l’enceinte interne du bâtiment réacteur a été reporté en attendant le résultat de ces contrôles », écrit EDF dans son communiqué jeudi.

Jusqu’alors le groupe indiquait qu’il « commercialisera[it] les premiers kilowattheures produits par l’EPR de Flamanville en 2016 ». « Ce n’est pas de nature à remettre en cause le planning du chantier », a assuré le directeur du chantier.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : AFP et lemonde.fr

Lire aussi : EPR de Flamanville : des chantiers de pylônes suspendus par une marche pacifique

27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative
18 septembre 2019
Les travailleurs sous-traitants du nucléaire en grève car « la sécurité se dégrade »
Entretien
19 septembre 2019
Climat : la France ne tient pas ses objectifs
Info