Le président de l’Assemblée nationale lutte contre le changement climatique…

Durée de lecture : 2 minutes

27 novembre 2008 / Jean Vogel

Pauvre oligarchie ! Elle apprend à parler la langue du « changement climatique », mais qu’il est pénible d’abandonner, ne fût-ce qu’une journée, sa limousine avec chauffeur…

Les Dernières Nouvelles d’Alsace du vendredi 21 novembre page 3 relatent la mésaventure du président de l’assemblée nationale qui présidait à Strasbourg une rencontre interparlementaire sur le climat. M. Accoyer s’est rendu dans la capitale alsacienne par TGV. Toutefois, la préfecture ne pouvant mettre à sa disposition un véhicule pour ses déplacements intramuros, il a fait venir sa voiture et son chauffeur depuis Paris.
Certains d’entre vous vont sourir de l’histoire, en ayant connu d’autres bien pires.
En fait, c’est toujours la même chose : comme on a connu pire, on ne fait rien. Et pourtant, un jour, il faudra réagir.
C’est pourquoi, en tant que citoyen impliqué dans le développement durable et en tant que petit maire depuis trois mandats, pour qui le devoir d’exemplarité signifie quelque chose, je poposerai à mon prochain conseil municipal de jeudi prochain d’adopter une nouvelle unité énergétique capable de mesurer le gaspi, l’unité ’Accoyer’, qui correspondra à 80 litres de pétrole ou 800 kilowatts, de façon à rappeler en permanence à nos grands élus leur devoir d’exemplarité.
Qui m’aime, me suive.

Complément d’information :
"Bernard Accoyer - Il faut que la volonté européenne des 3 fois 20 soit maintenue absolument : d’ici 2020, 20 % d’émissions de gaz à effet de serre en moins, 20 % de part d’énergie renouvelable et une consommation d’énergie fossile en baisse de 20 %."

– Question des DNA : "L’Assemblée nationale que vous présidez a-t-elle réduit son impact environnemental ?
"

B.A. : "Dès que j’ai été élu, j’ai demandé que soit mis en oeuvre un bilan carbone. Des décisions concrètes en ont découlé ne serait-ce que pour notre parc de véhicules ou les ampoules basse consommation. Et puis nous dématérialisons autant que faire se peut nos documents de travail qui représentent énormément de papier."


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Jean Vogel, maire de Saâles (Bas-Rhin)

Source du complément d’information : DNA (Dernières nouvelles d’Alsace) : http://209.85.129.132/search?q=cach...

19 septembre 2019
Climat : la France ne tient pas ses objectifs
Info
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative




Du même auteur       Jean Vogel