Le wifi à l’école, un danger pour les enfants

Durée de lecture : 1 minute

6 septembre 2010 / Robin des Toits

Le principe de précaution s’impose avec une force particulière s’agissant d’enfants dont le cerveau est en développement.


L’association nationale Robin des Toits met aujourd’hui en ligne un formulaire de refus d’exposition au Wi-Fi pendant le temps scolaire, destiné aux parents d’enfants scolarisés.
http://www.robindestoits.org/_a1128.html

Ce formulaire est accompagné d’une lettre aux parents qui rappelle que les effets des ondes Wi-Fi n’ont fait l’objet d’aucune étude d’impact sanitaire préalablement à la mise sur le marché de cette technologie qui envahit massivement notre environnement alors que certains travaux scientifiques soulignent les risques que l’exposition au Wi-Fi pourrait présenter pour la santé humaine, en particulier celle des enfants.

Il est incompréhensible, eu égard au Principe de Précaution, et alors même qu’existent des solutions alternatives plus sûres et plus performantes (câblage), que la solution Wi-Fi soit retenue dans les écoles. Le principe de précaution s’impose avec une force particulière s’agissant d’enfants dont le cerveau est en développement. Il n’est pas question de s’opposer à l’usage de l’informatique ou d’Internet à l’école, mais simplement d’exiger que cet usage passe par des techniques sans danger pour la santé.

Robin des Toits recommande aux parents de remettre le formulaire à la direction de l’école (du collège, du lycée) et d’en envoyer copie au Ministère de l’Education Nationale ainsi qu’à la Mairie de la commune de l’école.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Communiqué de presse.

Infos : http://www.robindestoits.org

Ecouter aussi : Michèle Rivasi : Téléphone portable, wifi, danger ! http://www.reporterre.net/spip.php?...

25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage
14 septembre 2019
VIDÉO - La chasse des animaux prisonniers, une pratique cruelle et sadique
Tribune




Du même auteur       Robin des Toits