Manif à vélo le 22 septembre

Durée de lecture : 1 minute

15 septembre 2010 / Masse critique

Depuis qu’on a dilué le 22 septembre dans une « Semaine de la mobilité et de la sécurité routière » sans saveur, plus personne n’entend parler en septembre d’amélioration de la qualité de vie, protection de la santé, diminution du stress.


Rassemblement spontané contre l’immobilité écologique et pour le triomphe des cyclistes urbains à la fin de la « Semaine de la mobilité et de la sécurité routière » (!), le 22 septembre 2010, ex-journée-sans-voitures, et jour de la masse critique parisienne.

Il y a des impératifs pour mieux vivre en ville : réduire drastiquement les émissions de particules, les gaz à effet de serre, le bruit, la vitesse. Il y a des symboles comme le 22 septembre, journée mondiale sans voiture. Et il y a les lobbies et la (non) volonté politique...

Depuis que la France avec l’Europe a dilué le 22 septembre dans une « Semaine de la mobilité et de la sécurité routière » (!) inodore et sans saveur, plus personne n’entend parler en septembre d’amélioration de la qualité de vie, protection de la santé, diminution du stress. Tout est durable : la bagnole, la pollution. Le site web officiel de l’événement est indigent http://www.bougezautrement.gouv.fr. Et pieds, bus, vélo, voitures, tout y est équivalent.

Vélorution veut une journée sans voitures ! (et deux, et trois, ...)

Le 22 septembre 2010, rendez-vous à 18h30 très précises pour tourner place de l’Étoile, s’insérer dans le trafic et recycler de l’espace public au sol. Les cyclistes montreront par l’absurde que, contre la pollution, tourner en rond n’est pas la solution. Restructurons nos villes, relocalisons nos activités, réduisons nos besoins de transport. La véritable sécurité routière passe par la réduction drastique des véhicules motorisés individuels. Une seule solution : la Vélorution !



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Communiqué de presse.

Contact : http://22septembre.org et http://velorution.org

Lire aussi : Ne pas manquer ! Le salon des véhicules à propulsion humaine http://www.reporterre.net/spip.php?...

27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
11 octobre 2019
Des immeubles à la place d’une bergerie ? À Bagnolet, la résistance s’organise
Alternative
11 octobre 2019
Équateur : un pays révolté par « le retour du FMI dans la politique »
Entretien