Faire un don
14891 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
19 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Manifestations au Bangladesh contre la hausse du prix de l’essence

Durée de lecture : 1 minute

9 janvier 2013 / Farid Hossain (Metro)


DACCA, Bangladesh – Des policiers ont tiré des balles de plastique et lancé des gaz lacrymogènes, dimanche 6 janvier, afin de repousser des manifestants en grève générale contre la hausse du prix de l’essence.

Une alliance formée de 18 partis d’opposition, menée par l’ancien premier ministre Khaleda Zia, tentait d’encourager la population à prendre part à une grève générale de 24 heures après que le gouvernement eut annoncé une augmentation de 9 pour cent du prix de l’essence. Il s’agit d’une cinquième hausse depuis 2009.

Le dimanche est une journée de travail normale dans ce pays à majorité musulmane.

Selon le gouvernement, cette hausse est nécessaire afin de couper dans les subventions — estimées à plus de 300 millions $ par année — qu’il débourse pour l’essence. Mais d’après les opposants, cela fera gonfler l’inflation, qui atteint maintenant neuf pour cent au Bangladesh.

Somoy TV, une chaîne télévisée de la capitale, et Independent Television ont rapporté que les manifestants avaient fait exploser une dizaine de bombes artisanales dans le centre-ville de Dacca. Au moins six véhicules ont été incendiés.

Les policiers ont affirmé avoir eu recours aux balles en plastique et aux gaz lacrymogènes afin d’empêcher les protestataires d’endommager des véhicules qui faisaient fi de l’appel à la grève générale en circulant dans les rues de Dacca.

Environ 25 personnes ont été blessées, selon un policier qui s’est exprimé sous le couvert de l’anonymat.

La grève générale a mené à la fermeture des écoles et des commerces de Dacca, une ville de 15 millions d’habitants.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Metro

Lire aussi : Inondations en Inde et au Bangladesh : plus d’1,5 million de personnes déplacées

28 novembre 2019
Le climatoscepticisme reste présent dans la classe politique
Enquête
5 décembre 2019
Pourquoi la réforme des retraites va-t-elle contre les femmes ? (VIDÉO)
1 minute, 1 question
28 septembre 2019
Un nouveau grand cru dans le Bordelais : le vrai lait de ferme
Alternative