New-York veut lancer un « plan compost » de grande ampleur

Durée de lecture : 2 minutes

27 juin 2013 / Mes courses pour la planète


Selon un article du New-York Times, le maire de New-York Michael Bloomberg se préparerait à déployer un nouveau « plan compost » ambitieux pour sa ville, avec l’objectif de détourner ainsi des décharges municipales quelques 100 000 tonnes de déchets alimentaires, ce qui représente environ 10% des déchets organiques de la grosse pomme et s’inscrit dans l’objectif plus global de valoriser 75% des déchets solides en 2030 (le taux est à 15% aujourd’hui).

Bloomberg, qui est dans la dernière année de son mandat, aurait qualifié le gaspillage alimentaire de « dernière frontière du recyclage » : il faut dire qu’à New-York, celui-ci représente (toutes sources confondues) un tiers des 20 000 tonnes de déchets générés chaque jour et dont le coût annuel de la mise en décharge pour la ville s’élève à 336 millions de dollars.

Le programme de compostage, qui pourrait faire économiser environ 100 millions de dollars par an, est d’ores et déjà en test dans certains quartiers : une centaine de restaurants de la ville se sont portés volontaires en avril pour un plan d’action volontaire sur le sujet et en 2014, l’expérience devrait emmener avec elle 150 000 foyers, 100 gratte-ciels et 600 écoles, selon les plans du Maire. La ville entière pourrait être concernée dès 2015 ou 2016.

L’idée des autorités municipales est de commencer sur la base du volontariat, pour passer assez vite ensuite à des amendes pour ceux qui ne trient pas leurs déchets organiques, comme c’est le cas à San Francisco ou Seattle par exemple (c’est déjà le cas à New-York pour d’autres types de déchets - comme le papier, le plastique ou le métal). Histoire de donner tort à ceux qui avançaient la trop forte densité de population de la ville comme difficulté majeure pour mettre en œuvre de tels programmes…



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et image : Mes courses pour la planète

Lire aussi : Arrêter de jeter les bio-déchets et en faire du compost

14 novembre 2019
Une épicerie gratuite pour les étudiants qui ne mangent pas à leur faim
14 novembre 2019
La démocratie renaîtra à l’échelle locale
15 novembre 2019
« Le maintien de l’ordre vise à terroriser et décourager en infligeant des blessures graves »